Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 13 septembre 2017
  •  

    Industrie

    Industrie

    Drones : Thales finance deux nouveaux centres en Grande-Bretagne

    A l’occasion du salon de défense britannique DSEI, qui se tient du 12 au 15 septembre à Londres, Thales annonce l’investissement de 8 millions d'euros dans deux centres d’essais et de formation spécialisés dans les drones navals et aériens. Le premier centre, installé à Plymouth (au sud-est de l'Angleterre), fait l’objet d’un contrat de cinq ans. Il sera utilisé pour l'intégration maritime, les essais et l'évaluation du programme stratégique franco-britannique de lutte contre les mines marines (MMCM). Le second site, installé au sein de l’aéroport WWA, à l’ouest du pays de Galles, concentre un investissement de 6,6 millions d'euros sur deux ans. Il abritera les activités du programme Watchkeeper pour l'armée de Terre britannique et permettra d’étendre les essais, le développement et la formation des systèmes d'aéronefs sans pilote. Ces deux centres permettront de pérenniser une soixantaine d’emplois localement et 500 emplois qualifiés sur tout le territoire britannique.

    13 Septembre 17 - Journal-aviation.com – Tradingsat.com
    Latécoère sélectionné pour les systèmes de vidéo embarqués du 777X

    Latécoère a été choisi par Boeing en tant que fournisseur de systèmes de vidéo embarqués pour le 777X. Ce contrat, dont le montant n'a pas été dévoilé, inclut des caméras et des moniteurs. Il vient renforcer la coopération de longue date entre les deux entreprises : Latécoère fournit déjà les portes passagers du 787 Dreamliner, les caméras landscape HD pour les 777, 747-8 et 787, ainsi que les caméras de surveillance de portes de cockpit pour le 737Max. Parallèlement, Latécoère a ratifié la nomination de deux nouveaux administrateurs au sein du Conseil d'Administration : Nathalie Stubler, en remplacement de Francis Niss, et Chantal Genermont, à la place de Josiah Rotenberg.

    13 Septembre 17 - Air-cosmos.com - Boursier.com - Boursorama.com
    A lire : "impression 3D : à l'aube de la production série dans le secteur aéronautique ?"

    L'impression 3D promet d'être "une nouvelle révolution industrielle qui impacte directement les process, la supply chain et les mentalités", selon Vincent Rey, Consultant Chef de Projet impression 3D chez Scalian. Avec 20 % de croissance annuelle, cette technologie affiche des prévisions de croissance colossales, entre 11,5 et 21 milliards de dollars d'ici 2020. Malgré cela, le virage industriel de l'impression 3D, jusque-là réservé au prototypage, promet déjà quelques challenges du fait de l'ouverture à la production de masse. "Produire aujourd'hui une pièce technique en impression 3D est un palier franchi, en revanche produire en série avec un niveau de qualité, de coûts et de délais optimums reste les défis à relever", estime le spécialiste. Les process devront être repensés, tandis que la mise en oeuvre de toutes les étapes d'impression et de post-impression impliquera une "étroite collaboration de tous les métiers de l'entreprise (achats, matériaux, conception, procédés, qualité, etc.) et un partage permanent des apprentissages et découvertes de chacun". Il s'agit donc d'inventer un nouveau modèle industriel, auquel devront s'adapter tous les niveaux de l'entreprise, ainsi que les bureaux d'études et les fabricants de machines d'impression. "Mais les intérêts grandissants (gain de masse, coûts, cycles, réduction des assemblages) et le positionnement de l'impression 3D dans l'usine du futur pourront peut-être lui permettre d'accélérer son déploiement", conclut Vincent Rey.

    13 Septembre 17 - Journal-aviation.com
    Défense

    Défense

    Brexit : la Grande-Bretagne prône un partenariat de défense renforcé avec l'UE

    Alors que Londres vient de voter le "Repeal Bill" (qui marque la fin de la suprématie du droit européen), un document de travail du gouvernement britannique souligne sa volonté de poursuivre "une coopération étroite" avec l'UE sur les questions de défense et d'échange d'informations confidentielles. "Le Royaume-Uni voudrait offrir une relation future plus étroite que n'importe quel partenariat actuel avec un pays tiers" dans le but de maintenir "de manière inconditionnelle" la sécurité européenne. Le document, qui précise que l'OTAN resterait "la pierre angulaire de la défense" du Royaume-Uni, appelle à "maximiser" la coopération Londres-Bruxelles dans les domaines "opérationnels, institutionnels et industriels". Une intention confirmée par le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, qui estime cette coopération "vitale". D’autant plus qu’elle serait également profitable à l’UE, puisque la Grande-Bretagne, qui dispose du plus important budget d'Europe en matière de défense, n’a selon lui jamais eu un rôle "aussi essentiel".

    13 Septembre 17 - Boursorama.com – Lefigaro.fr
    MBDA fait le point sur ses nouveaux programmes, Dragonfire et Land Ceptor

    Le missilier franco-britannique a profité du salon Defence and Security Equipment International (DSEI) de Londres pour dévoiler le démonstrateur de tourelle laser Dragonfire. L’arme de défense anti-aérienne, à déployer au sol ou depuis un navire, doit permettre d'assurer une protection à très courte portée contre d'autres bateaux, des drones ou des projectiles de mortier et d'artillerie. Développé dans le cadre du consortium industriel UK Dragonfire (qui réunit MBDA, Leonardo, QinetiQ, Arke, BAE Systems, Marshall et GKN), le démonstrateur a été commandé par le Defence Science and Technology Laboratory (DSTL) pour une valeur de 30 millions de livres sterling. Les premiers essais sont attendus en 2019. Parallèlement, MBDA a présenté la configuration finale du Land Ceptor (version terrestre du Sea Ceptor), dédiée à l'interception aérienne d'aéronefs, de missiles de croisière ou de munitions de précision dans un rayon de 25 km. Il a pour vocation de remplacer le Rapier de la British Army à partir de 2020.

    13 Septembre 17 - Journal-aviation.com - Theboltonnews.co.uk – Janes.com
    La Turquie achète des systèmes antiaériens S-400 à la Russie

    Ankara annonce avoir signé un contrat "majeur" avec Moscou, portant sur l'acquisition de missiles de défense antiaérienne S-400. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, indique que les deux pays sont "déterminés sur cette question", en dépit de l'émoi soulevé au sein de l'Alliance atlantique. Le Pentagone estime, en effet, qu'il est plus judicieux pour des alliés "d'acheter du matériel qui opère ensemble", ce à quoi le Président turc répond sans ambages : "nous prenons seuls les décisions à propos de notre indépendance". Le contrat, dont le montant n'est pas connu, mais qui jouit d'un premier acompte, porte sur l'achat de deux S-400 russes (attendus fin 2018) et sur la production de deux autres systèmes en Turquie. Il reste toutefois suspendu à l'octroi d'un prêt par Moscou à Ankara. Il s'agit d'un coup dur pour l'OTAN, qui considère la Turquie comme un membre stratégique, et qui craint l'infiltration à haut niveau du système de défense turc, voire même un retournement d'alliance. A l'inverse, la Russie redoute la fuite de transferts de technologie en faveur de l'OTAN.

    13 Septembre 17 - La Figaro - Rfi.fr - Latribune.fr - 20minutes.fr
    Espace

    Espace

    Stéphane Israël : "avec Ariane 6, il est fondamental de pouvoir compter sur des clients européens"

    Lors du salon World Satellite Business Week, le PDG d’Arianespace a fait le point sur la future fusée européenne, Ariane 6. Stéphane Israël a indiqué avoir reçu "plus d'une soixantaine de personnes pour l'Ariane 6 Users' Club", qui s'est tenu aux Mureaux et à Vernon jeudi et vendredi dernier. L’occasion de "mesurer leur intérêt pour Ariane 6", et de marquer l’industrialisation des premières pièces. Des perspectives de bon augure qui n’immunisent toutefois pas le lanceur contre la concurrence internationale : la Chine et l'Inde, notamment, bénéficient d'un marché institutionnel fort. "Avec Ariane 6, il est absolument fondamental pour Arianespace de pouvoir compter sur un engagement des clients européens", a expliqué le dirigeant. En effet, "plus des 2/3 de notre carnet de commandes en valeur est fait vers des clients export et 1/3 vers les institutions européennes", à l’exact inverse de ses concurrents… "C’est une différence majeure", "il ne peut pas avoir dans la durée de lanceur garanti si nous n’avons pas cet ancrage institutionnel", a-t-il martelé. Dans l'idéal, le PDG d’Arianespace espèrerait se voir garantir cinq tirs d’Ariane et deux tirs de Vega par an de la part des acteurs institutionnels.

    13 Septembre 17 - Usinenouvelle.com - Latribune.fr
    Le marché des satellites connaît un léger frémissement, selon Airbus

    Selon Nicolas Chamussy, Executive Vice President d'Airbus Space Systems, le marché des satellites pâtit actuellement de l'attentisme des opérateurs, qui préfèrent attendre une nouvelle génération avant de s'engager. "Les opérateurs disent : est-ce que j’investis dans un satellite de performance actuelle ou est-ce que j’attends ?", analyse-t-il, comparant ce phénomène au "syndrome de l'iPhone" : "est-ce que j’achète l’iPhone 7 ? Parce que si j’attends un peu, peut-être que je vais avoir le 8". Parallèlement, il note que la baisse des prix de lanceurs entraîne une baisse du prix des satellites. Malgré tout, le renouvellement nécessaire des engins en fin de vie, corrélé à l'envolée du "big data" et du nombre de chaînes de télévision par satellite, entraîne un "frémissement" du marché. A plus long terme, le développement des voitures connectées (et l'"énorme" trafic de données qui en découlera) devrait stimuler le marché. Dans cette perspective, Airbus et son partenaire américain OneWeb ont inauguré une nouvelle chaîne d'assemblage à Toulouse, en vue d'assembler les premiers satellites de la constellation OneWeb (qui comptera à terme 900 unités).

    13 Septembre 17 - Usinenouvelle.com - Lesechos.fr
    La sonde Cassini se désintégrera vendredi, après 13 ans autour de Saturne

    Cassini, qui signe 13 ans d’explorations dans le système de Saturne, est sur le point d’entamer son plongeon final, le 15 septembre 2017, vers la géante gazeuse. Après un dernier survol du satellite Titan, intitulé "the kiss goodbye" par la NASA, la sonde s’offrira un "grand final" dans la journée de vendredi, concluant 20 ans de voyages et 7,9 milliards de kilomètres parcourus. Le programme, qui aura coûté plus de 3,5 milliards d’euros, dont 550 millions financés par l’Europe, a toutefois rempli ses promesses. "Scientifiquement, c’est un succès", se félicite Bruno Bézard, Directeur de recherches à l’Observatoire de Paris. "Au moment où l’atterrisseur européen Huygens [embarqué sur Cassini, ndlr] s’est posé sur Titan, début 2005, nous ne savions même pas si la surface était solide ou liquide !", renchérit Stéphane Le Mouélic, ingénieur de recherche au laboratoire de planétologie et géodynamique (CNRS-Université de Nantes). Cassini a également permis d'observer des tempêtes saturniennes, ainsi que le phénomène de la "grande tâche blanche", tout en explorant les différentes lunes et anneaux de la deuxième plus grosse planète du système solaire. Ses dernières heures seront retransmises en direct et en libre accès, vendredi de 11h à 14h30, dans le hall de la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris), avant une démonstration de réalité virtuelle en immersion sur Titan, suivie de la projection, à 16h, du documentaire "A la conquête de Titan", qui se conclura par une soirée d’observation de Saturne au télescope.

    13 Septembre 17 - Le Monde - Air-cosmos.com – Franceinter.fr – Lefigaro.fr – Futura-sciences.com – Francesoir.fr – Lobs.fr – Sciencesetavenir.fr
    Pour ses 20 ans, la Cité de l’Espace s’offre des taux de fréquentation record

    Fin août, la Cité de l’Espace de Toulouse cumulait 272 913 visiteurs, soit une augmentation de 18 % par rapport au premier semestre 2016. A cela s’ajoute une période estivale très prolifique, qui affiche une hausse des entrées de 37 %, dopée par les quelque 4 000 visiteurs venus assister à la Nuit des étoiles, le 28 juillet dernier. Cet engouement ne devrait pas faiblir puisque le site accueillera, du 16 au 20 octobre 2017, le 30ème Congrès mondial des Astronautes, qui se déroulera en présence, notamment, de Thomas Pesquet. A ce rythme, la Cité de l’Espace pourrait bien dépasser les 322 800 visiteurs de l’année précédente, et établir un nouveau record de fréquentation pour son 20ème anniversaire.

    13 Septembre 17 - Toulouseinfos.fr – Actu.fr – Toulouseblog.fr
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    Groupe ADP : le trafic en hausse de 3,8% à Paris Aéroport sur le mois d'août

    Groupe ADP annonce une augmentation du trafic en août de 3,8 % sur ses plateformes parisiennes Roissy et Orly (Paris Aéroport). Cela représente un total de 9,8 millions de passagers transportés sur le mois, dont 6,8 millions à Roissy-Charles-de-Gaulle (+ 5 %) et 3 millions à Orly (+ 1 %). "Sur les mois de juillet et août, le trafic dans les aéroports parisiens s'est élevé à 19,9 millions de passagers, contre 19,1 millions à la même période l'an dernier, établissant un nouveau record sur cette période de l'année", a indiqué le groupe. Cette hausse a notamment été portée par le trafic international (+ 7,2 %), tandis que le trafic en Europe et dans l'Hexagone ont respectivement grimpé de 1,1 % et de 1,8 %. Depuis le début de l'année, le trafic de Paris Aéroport progresse ainsi de 4,7 %, avec un total de 68,4 millions de passagers.

     

    13 Septembre 17 - Les Echos - Lexpress.fr - Journal-aviation.com - Zonebourse.com - Laerien.fr - Boursorama.com
    Croissance record de 23 % pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac en août

    L'aéroport de Toulouse-Blagnac signe un nouveau record en enregistrant 792 781 passagers sur le mois d'août 2017, soit une progression de 23,1 % par rapport à l'an dernier. Avec l’ouverture de nouvelles lignes dans le cadre du programme "printemps-été", la plate-forme signe un bond de 38,6 % de son trafic sur les liaisons internationales, soit 508 266 passagers, avec une très forte progression (+ 50,9 %) du trafic régulier sur l'espace Schengen. Un succès qui profite aux compagnies low-cost, qui représentent 44,6 % du trafic local, avec plus de 350 000 passagers. Le trafic dans l'Hexagone, avec 279 665 passagers, recueille une hausse de 2,1 %, mais accuse un léger repli du trafic vers Paris (- 2,7 %). Le trafic fret et poste a quant à lui augmenté de 11,2 %. Plus globalement, Toulouse-Blagnac progresse de 16,8 % sur les huit premiers mois de l’année, à 6,13 millions de passagers.

    13 Septembre 17 - Ladepeche.fr - Francetvinfo.fr - Aerobuzz.fr - Actu.fr - Laerien.fr