Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 12 janvier 2018
  •  

    Industrie

    Industrie

    GIFAS : Eric Trappier : 2018 sera une année stratégique pour notre filière

    Et 2018 ? "La tendance est bonne, a souligné Eric Trappier lors de ses voeux à la presse, hier matin à Paris. Le secteur reste fortement créateur de richesses dans la continuité de 2017. Nous ne voyons pas de signe d'un éventuel retournement". C'est dans cette perspective que le président du GIFAS définit "trois grandes lignes directrices (qui) guideront nos ambitions et actions pour notre industrie : intensifier, innover, s'adapter". Il insiste notamment sur la nécessité de "préserver notre autonomie stratégique et nos capacités de défense propres" tout en maintenant l'effort "pour faire émerger une Europe de la Défense compétitive". En matière d'innovation, Eric Trappier rappelle le déploiement, cette année, d'un programme de recherche ambitieux pour la recherche aéronautique civile et la feuille de route renouvelée du CORAC pour les 5 prochaines années. L'environnement est également au coeur de cette innovation avec la réduction de 20% de la consommation des aéronefs. De plus, le GIFAS se fixe pour priorité cette année d'accompagner la filière spatiale dans sa mutation. Enfin, en matière d'adaptation, alors qu'une nouvelle politique industrielle tournée vers l'industrie du futur se met en place, Eric Trappier insiste sur la nécessité pour la filière de préparer l'avenir "en s'ouvrant aux nouveaux univers que sont le numérique et les start-up". (Lire également ci-dessous et en rubrique Défense les autres thèmes abordés par le président du GIFAS hier).

    12 Janvier 18 - Le Figaro - usinenouvelle.com - L'Opinion - lesechos.fr - La Tribune - RFI International
    GIFAS : 8 000 recrutements effectués dans la filière en 2017 mais des difficultés pour les PME

    La filière aéronautique et spatiale française a, une nouvelle, fois recruté de manière importante en 2017. Selon Eric Trappier, le secteur a opéré 8 000 recrutements. Et, entre 2012 et 2016, l'industrie aéronautique et spatiale a recruté au total 60 000 personnes, pour atteindre 187 000 salariés à fin 2016 (172 500 dans l'aéronautique civile et militaire et 14 000 dans le spatial), dont 42% d'ingénieurs et 30% d'ouvriers qualifiés. Ce nombre pourrait être encore plus important si les PME du secteur n'étaient pas confrontées à des difficultés de recrutement. "Cela reste un sujet pour les PME", souligne à ce propos Bertrand Lucereau, Président du Comité AERO-PME du GIFAS. Selon lui, si une bonne moitié des PME se porte bien, "un quart se trouve en difficulté". D'où les actions développées, notamment par le GIFAS, pour remédier à cette situation. "Il nous faut attirer les talents", résume Eric Trappier qui rappelle que cette condition de réussite passe "par une réforme en profondeur de notre système d'orientation et de formation professionnelle".

    12 Janvier 18 - usinenouvelle.com - L'Opinion - lesechos.fr - La Tribune
    CFM International conclut pour 9,1 milliards de dollars de contrats en Chine

    Lors de la visite officielle d'Emmanuel Macron en Chine, CFM International ne s'est pas contenté de signer la vente de 120 moteurs Leap-1A à la compagnie Spring Airlines (voir notre synthèse d'hier). Le motoriste a en fait conclu au total pour 9,1 milliards de dollars d'accords et de protocoles d'accords (au prix catalogue) auprès de trois opérateurs chinois. La filiale de Safran et de General Electric a en effet conclu deux autres accords : d'une part avec Hainan Airlines pour un montant de 4,2 milliards de dollars, en vue d'équiper 55 Airbus, couvrant de nouveaux moteurs, des moteurs de rechange et un contrat de service à long terme. D'autre part, avec Xiamen Airlines pour un montant de 2,02 milliards de dollars, dans le cadre d'un MoU comprenant des moteurs installés et de rechange ainsi qu'un contrat de services à long terme. "Ces nouveaux accords renforcent notre engagement envers la Chine et nos relations avec nos clients chinois, fournissant une base solide pour une coopération encore plus large dans le futur", a déclaré Philippe Petitcolin, directeur général de Safran.

    12 Janvier 18 - usinenouvelle.com - lefigaro.fr - lerevenu.com
    Boeing présente un aéronef électrique sans pilote dédié au transport de fret

    Boeing a présenté hier un prototype d'appareil électrique et sans pilote de transport de fret développé par Boeing HorizonX, qu'il utilisera pour tester sa technologie de déplacement autonome. Le CAV (pour "Cargo Air Vehicle") qui atterrit et décolle à la verticale, et qui est équipé d'un système de propulsion électrique, peut transporter jusqu'à 225 kilos de charge utile. Ce prototype vient en complément du prototype d'avion de transport de passager autonome développé par Aurora Flight Sciences, société acquise par Boeing courant 2017.

    12 Janvier 18 - usinenouvelle.com
    Nominations chez Airbus China

    Airbus a annoncé mercredi la nomination d'un nouveau tandem à la tête d'Airbus China : Eric Chen, jusqu'ici président de la division Avions de ligne en Chine, succède à Laurence Barron comme président d'Airbus China. Georges Xu, qui était depuis 2011, à la tête du conseil d'administration de la chaîne d'assemblage de Tianjin, devient directeur général d'Airbus China. Ils sont tous deux chargés d'accompagner le développement du groupe sur son premier marché mondial en terme de flotte. 

    12 Janvier 18 - usinenouvelle.com
    Défense

    Défense

    Eric Trappier : l'aéronautique française souhaite une véritable politique de "démonstrateurs"

    L'industrie aéronautique plaide pour une politique de "démonstrateurs", ces appareils bien réels qui se situent entre les simulations numériques et les prototypes des véritables programmes. Eric Trappier, président du GIFAS, a insisté sur la nécessité de développer de tels démonstrateurs dont le grand intérêt est de valider, à peu de frais, des technologies et des concepts avant le lancement de nouveaux programmes. Dans le cadre de la prochaine Loi de Programmation Militaire (2019-2025), Eric Trappier souhaite que l'on profite de la hausse prévue du budget de la Défense à 2% du PIB à l'horizon 2025, souhaitée par Emmanuel Macron, pour mener une politique de démonstrateurs, lesquels "permettent de montrer ce que l'industrie peut faire (...). On vérifie que cela vole. Avant de lancer un programme, il s'agit de démontrer qu'on maîtrise ces technologies (...). "On appelle tous à ce que la Défense lance des démonstrateurs". Et d'ajouter : "dans l'aéronautique, pour montrer que les concepts fonctionnent, il faut avoir une boucle permanente entre les études en amont et la vérification en vol par des démonstrateurs (...). Le démonstrateur doit pouvoir montrer les bases de ce que peut faire l'industrie et de ce que pourra faire la technologie dans 15 ans". A ce sujet, il rappelle l'exemple du nEUROn, démonstrateur de drone européen de combat et dont Dassault Aviation est maître d'oeuvre. Sur 7-8 ans, son coût s'élève à 400 millions d'euros, englobant les études, le développement et les essais en vol : "ce n'est pas très cher", note Eric Trappier. 

    12 Janvier 18 - Le Figaro - usinenouvelle.com - L'Opinion - lesechos.fr - La Tribune
    Eric Trappier : "le F-35 est une machine à tuer l'industrie européenne"

    Eric Trappier est revenu sur le projet de développer un système de combat aérien européen. Des discussions ont été notamment engagées entre la France et l'Allemagne à ce sujet le 13 juillet dernier. A ce propos, le président du GIFAS avertit : "nous verrons si nous arriverons un jour à faire un avion de combat européen. Ce qui est sûr, c'est que l'alternative à ne pas faire de suite un Grippen, un Typhoon ou un Rafale, c'est de choisir un appareil américain, et je souhaite bien du plaisir à ceux qui ont acheté ou qui vont acheter du F-35 d'être capables de ne pas être intégrés à l'armée américaine. Car le F-35 est une machine à tuer l'industrie européenne, mais aussi une machine à vous intégrer dans les armées américaines".

    12 Janvier 18 - lesechos.fr - L'Opinion
    La DGA commande à Eca Group des robots démineurs robotisés

    Eca Group et les sociétés CEFA et Scopex ont remporté un contrat de 30 millions d'euros auprès de la DGA pour fournir une solution robotisée autonome complète de déminage. Ce contrat prévoit la commande ferme sur 40 mois et pour plus de 10 millions d'euros de 15 robots terrestres de déminage Iguana, développé par Eca Group. Ce robot Iguana a été développé entre 2015 et 2016. Il s'agit de sa première vente significative. Il peut effectuer des opérations complexes comme inspecter des voitures ou des faux-plafonds ou ouvrir des colis. Selon les signataires du contrat, le client pourra acquérir d'autres robots du même type en cas de besoin, jusqu'en 2024.

    12 Janvier 18 - usinenouvelle.com
    Airbus Helicopters et Naval Group ensemble pour développer un drone tactique à décollage vertical

    La DGA a notifié il y a quelques jours à Naval Group et à Airbus Helicopters une étude visant à préparer "la future capacité drone tactique à décollage vertical des navires de la Marine nationale". Ce contrat officialise donc le programme sur lequel les deux industriels collaborent depuis plusieurs mois et auxquels se joindront Thales et Safran Electronics & Defense. L'étude doit permettre "d'instruire les principaux choix technologiques à réaliser pour l'intégration de cette capacité au sein d'un navire fortement armé", explique la DGA. A l'issue du marché en 2021, un démonstrateur du système complet devrait être présenté. Si la Marine nationale envisage divers usages de drones aériens, elle fait néanmoins du drone tactique à décollage vertical sa priorité.

    12 Janvier 18 - air-cosmos.com - Les Echos - usinenouvelle.com
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    L'aéroport de Marseille-Provence a franchi le cap des 9 millions de passagers en 2017

    L'aéroport de Marseille-Provence a franchi l'an passé le cap des 9 millions de passagers. Le trafic a en effet progressé de 6,2%, notamment à l'international qui totalise 5,36 millions de passagers, soit 60% du trafic de la plate-forme. Le trafic domestique a accueilli pour sa part 3,56 millions de passagers, en hausse de 2,4%. 2018 verra l'ouverture de 21 lignes sur les courts et moyens courriers domestiques. Les lignes long-courriers doivent quant à elles croître de 24% avec des vols vers les Antilles, le Sénégal et La Réunion. Selon Jean-Paul Ourliac, président du conseil de surveillance, l'aéroport vise les 13 millions de passagers en 2030 et investit en conséquence. Pour 2018, 42 millions d'euros sont inscrits dans le cadre d'un plan stratégique "Cap 2025" qui s'élève à 500 millions d'euros sur dix ans.

    12 Janvier 18 - journal-aviation.com
    A lire : Jean-Marc Janaillac, du Périgord jusqu'au groupe Air France -KLM

    Challenges publie un portrait de Jean-Marc Janaillac, PDG d'Air France-KLM, "enfant du Périgord", citant des témoignages de divers acteurs politiques, économiques ou diplomatiques l'ayant approché tout au long de sa carrière. Avant d'être nommé à la tête du groupe aérien, il a été successivement directeur général du service français du tourisme à New York, directeur général adjoint d'AOM, puis de Maeva avant d'arriver à la tête de RATP Développement. Enfin, il avait été nommé en 2012 PDG de Transdev, poste qu'il avait conservé jusqu'à sa nomination à Air France-KLM en 2016.

    12 Janvier 18 - Challenges
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    100 entreprises prévoient d'embaucher 141 000 personnes en 2018

    L'Usine Nouvelle s'est penchée sur les embauches prévues par les 100 plus gros recruteurs en 2018. Au total, leurs prévisions portent sur 141 000 recrutements (contre 123 000 en 2017). Parmi ces cent acteurs (ayant répondu à l'enquête du magazine), on retrouve Sopra Steria (3 100 embauches prévues), Altran (3 000), Assystem (3 000), Safran (2 000), Michelin (1 200), Air Liquide (700), Bureau Veritas (500) et Latécoère (50).

    12 Janvier 18 - L'Usine Nouvelle
    Environnement & Développement durable

    Environnement & Développement durable

    Deux projets de drones à énergie solaire : l'Inti Solace et le SolaXOne

    Pour des raisons évidentes, les drones se tournent de plus en plus vers l'énergie solaire pour fonctionner et les projets en la matière fleurissent. Air & Cosmos examine en détail deux projets qui associent ces deux caractéristiques. Le premier est développé par le Canadien SlidX. Il s'agit d'un drone, l'Inti Solace, portant secours aux populations dans le besoin. La société compte faire traverser l'Atlantique à ce drone équipé de panneaux solaires lesquels sont soutenus par une batterie pouvant les suppléer pendant 60 minutes. A noter que le drone pourra se poser sur l'eau pour recharger ses batteries. Le second projet est celui de XSun qui mise également sur des panneaux solaires pour mettre au point un drone autonome, le SolaXOne. Celui-ci sera notamment dévolu à des missions de surveillance (agriculture, infrastructures, maritime etc).

    12 Janvier 18 - Air & Cosmos (05/01)