Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 13 février 2018
  •  

    Industrie

    Industrie

    A350-1000 : l'opération séduction d'Airbus auprès de l'australien Qantas

    Airbus a présenté son dernier-né, l'A350-1000, à la compagnie australienne Qantas. Cette dernière, à travers son programme "Project Sunrise", s'est fixé comme objectif de relier Sydney à Londres et New York d'une seule traite d'ici 2022. Il s'agira du plus long vol commercial au monde (21 heures de vol). Pour séduire Qantas, Airbus a donc déployé les solides arguments de l'A350-1000 : sa capacité à transporter plus de 300 passagers sur de très longues distances, le tout avec un haut niveau de confort, pour une pollution sonore et une consommation de carburant réduites. Marisa Lucas-Ugena, Directrice Marketing de l'A350 XWB, a confirmé avoir des "conversations très intéressantes avec Qantas" sur le projet. "Nous évaluons ce qu'ils veulent et ils évaluent ce que l'A350 peut faire", "nous sommes très bien placés - nous avons conçu l'avion pour réaliser des liaisons long-courriers et les appareils ont tout le confort nécessaire pour une bonne expérience en vol sur un trajet d'une telle durée", a-t-elle ajouté. Même enthousiasme pour Alan Joyce, Directeur général de Qantas, qui a confirmé lors d'une conférence de presse : "nous faisons de très bons progrès avec Airbus".

    13 Février 18 - Rtl.fr - Smh.com.au
    Thales doublement récompensé pour son engagement en matière d'innovation

    Thales se félicite de figurer pour la 5ème fois, dans le top 100 Global Innovators du cabinet d'étude pour l'information scientifique et la propriété intellectuelle Clarivate Analytics. Ce palmarès, qui distingue le groupe pour le volume, le succès et l'influence de ses brevets, "souligne son engagement en matière d'innovation, de protection des idées et de commercialisation des inventions". Parallèlement, Thales a intégré en 2017, pour la première fois, le classement de la revue Nature sur les 100 entreprises les plus remarquables par la qualité de leur recherche scientifique. Il figure au 27ème rang mondial, et au deuxième rang français.

    13 Février 18 - Zone-bourse.com - Tradingsat.fr
    Défense

    Défense

    Eric Trappier : "le projet de LPM marque un effort important de la Nation pour ses armées"

    Eric Trappier, Président du CIDEF (Conseil des Industries de Défense Françaises), se réjouit de constater que "le projet de LPM qui vient d’être annoncé par le Président de la République et la Ministre des armées marque un effort important de la Nation pour ses armées. Toute la filière industrielle apporte son soutien à cet effort confirmant le caractère central d’une autonomie stratégique française et européenne qui repose sur une indépendance de moyens à laquelle contribue la base industrielle et technologique de défense française compétitive, innovante, exportatrice et créatrice d’emplois stables à forte valeur ajoutée technologique". Pour rappel, le CIDEF estime que les enjeux majeurs de l'industrie, tant en termes d'avenir que de souveraineté, passent en particulier par le respect de cinq points essentiels de la LPM : la nette progression du montant dédié aux Programmes d'Etudes Amont, le maintien et le lancement de programmes nationaux pour remplacer les équipements devenus obsolètes, la nécessité de développer une coopération européenne réaliste, la réussite de la réforme du MCO engagé par la Ministre des Armées et enfin un soutien à l'export accru.

    13 Février 18 - Air-cosmos.com - Meretmarine.com - Aerobuzz.fr - Boursorama.com
    General Dynamics rachète le groupe d'informatique militaire CSRA

    Le groupe américain d'armement a annoncé le rachat du groupe de services informatiques destinés aux administrations, CSRA, pour 9,6 milliards de dollars, dont 2,8 milliards de reprise de dettes. CSRA emploie 19 000 personnes, et a réalisé 5 milliards de dollars de chiffres d'affaires en 2017 (contre 32 milliards pour General Dynamics). Avec ce rachat, le sous-traitant du Pentagone souhaite développer son activité dans l'informatique militaire et les logiciels de systèmes de combat. Les synergies entre CSRA et les activités de services informatiques de General Dynamics devraient représenter 2 % des ventes combinées d'ici 2020. L'entité vise un chiffre d'affaires de 9,9 milliards de dollars et des marges d'Ebitda supérieures à 10 %.

    13 Février 18 - Les Echos - Usinenouvelle.com - Boursier.com - Boursorama.com - Zonebourse.com
    Les Philippines annulent une commande d'hélicoptères Bell 412EPI

    La commande de 16 hélicoptères Bell 412EPI de près de 300 millions de dollars, signée avec l'américain Textron lors du Singapore Airshow 2018, a été annulée par le Président philippin. Cette décision fait suite à une importante polémique au Canada liée à la situation géopolitique des Philippines, alors que l'usine Bell de Mirabel, au Québec, devait fabriquer les Bell 412EPI.

    13 Février 18 - Air-cosmos.com - Aerobuzz.fr
    Espace

    Espace

    Airbus : succès des essais pour le satellite Aeolus

    Airbus annonce que son satellite Aeolus "a subi une importante et concluante campagne d'essais thermiques et fonctionnels en conditions orbitales", depuis Liège, en Belgique. Ce satellite d'observation des vents, commandé par l'ESA, est arrivé à Toulouse pour les derniers tests. Il sera transféré en Guyane, au cours de l'été, pour son lancement à bord d'une fusée Vega. Aeolus "sera le premier satellite capable d'observer quotidiennement et en quasi temps réel le profil des vents à l'échelle du globe", indique Airbus. Doté d'un instrument LIDAR (Light Detection And Ranging) baptisé Aladin, l’engin sera capable de mesurer la vitesse des vents à différentes altitudes. "Les données collectées fourniront des informations fiables sur les profils des vents à l'échelle du globe, qui permettront aux météorologues d'améliorer la précision de leurs prévisions et aux climatologues de mieux comprendre la dynamique générale de l'atmosphère terrestre", précise le groupe.

    13 Février 18 - Lefigaro.fr - Zonebourse.com – Lexpress.fr – Boursorama.com
    Quel modèle économique pour les petits satellites ?

    2017 a consacré l’émergence des "small sat", ces mini-satellites de moins de 600 kg envoyés en orbite basse. Il y a eu l’année dernière quelque 335 lancements enregistrés : un chiffre record, multiplié par 6 en cinq ans. Et l’avenir s’annonce florissant : "il y a actuellement 160 propositions de constellations avec un total de 25 000 petits satellites", note Martin Sweeting, Président exécutif de l’opérateur français Surrey Satellite Technology. Les constellations de mini-satellites permettent un renouvellement des clichés d’observation de la Terre inégalé, ainsi qu’un Internet haut débit bon marché. Quelques ombres au tableau subsistent toutefois : la rentabilité d’abord, puisque les lancements, par ailleurs limités aux espaces restés vacants sur les lancements de plus gros volumes, restent trop chers et trop limités. Parallèlement, les "small sat" disposent d’une durée de vie réduite, puisque placés en orbite basse et dépourvus de systèmes de propulsion, ce qui les amène régulièrement à retomber en brûlant dans l'atmosphère. Enfin, la valeur des images d’observation des petits satellites reste limitée car "deux-tiers d'entre elles sont composées d'océans et de nuages, et pour le besoin d'informations locales, les drones restent plus performants", estime Grégory Pradels, chargé du développement des applications nanosats d’Aerospace Valley. Les enjeux du boom des mini-satellites réside autour de lancements qui leur soient uniquement dédiés, de la miniaturisation des systèmes de propulsion et du renforcement de la chaîne de valeur par de l’analyse des images collectées.

    13 Février 18 - Les Echos
    Départs surprises à la direction de SES

    Lundi, l’opérateur luxembourgeois a annoncé deux départs inattendus : celui de son Directeur général et Président du comité exécutif, Karim Michel Sabbagh, qui quitte ses fonctions "afin de passer plus de temps avec sa famille et poursuivre de nouveaux intérêts". Dans son sillage, le directeur financier, Padraig McCarthy, a informé le conseil de son intention de prendre sa retraite en 2018. Les deux dirigeants quitteront leurs fonctions le 5 avril, date de la prochaine assemblée générale du groupe. Leurs successeurs ont d’ores et déjà été nommés : Steve Collar, actuellement directeur général de SES Networks, remplacera Karim Michel Sabbagh, tandis qu’Andrew Browne, qui était jusqu'à récemment directeur financier d'O3b Networks, prendra en main la direction financière du groupe. Suite à cette annonce, le titre a plongé en Bourse sous les 12 euros, au plus bas depuis 2008.

    13 Février 18 - Les Echos - Lefigaro.fr – Latribune.fr - Boursier.com
    Les start-ups investissent le marché des débris spatiaux

    Les fonds de capitaux investissent de plus en plus dans des start-up cherchant des solutions aux risques de collision dans l’espace. Si celles-ci restent rares pour l’instant (une dizaine en soixante ans), la multiplication des constellations de petits satellites en orbite basse, ainsi que des débris (environ 750 000 supérieurs à 1 cm) augmentent le risque de carambolages. Face à ce constat, Airbus Ventures a ainsi investi au capital de LeoLabs, qui travaille sur l’amélioration du système de suivi des débris en orbite basse. "D'ici la fin de l'année, nous serons capable de répertorier 20 fois plus de débris que les offres existantes", promet Dan Ceperley, le PDG de LeoLabs. Une offre qui séduit, puisque la start-up californienne a réussi à lever 4 millions de dollars en février 2017. Même enthousiasme côté investisseurs pour Astroscale. La start-up basée à Singapour, qui a levé 67 millions de dollars depuis 2013, tente de mettre au point un chasseur capable de nettoyer des objets plus volumineux en orbite haute, à l'aide d'aimants. Les premiers tests sont prévus début 2019.

    13 Février 18 - Les Echos
    Sécurité

    Sécurité

    Thales optimiste pour la croissance de sa division cybersécurité

    Laurent Maury, Vice-président de Thales chargé de la cybersécurité, a indiqué lundi que sa division avait bondi de 28,5 % en 2017, générant un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros (contre 700 millions en 2016). Fort de ce constat, le dirigeant anticipe une hausse annuelle de 10 % des ventes de la division cybersécurité dans les années à venir. Un récent rapport du cabinet Gartner va également dans ce sens, puisque selon le document, les dépenses de sécurité des entreprises à travers le monde devraient croître de 8 % en 2018, pour atteindre 96,3 milliards de dollars (78,5 milliards d’euros). Pour rappel, Thales a racheté en 2016 le prestataire de services de protection des données Vormetric, pour 375 millions d'euros, tandis qu’il finalisera au second trimestre 2018 la prise de contrôle de Gemalto, pour lequel il propose 4,8 milliards d’euros. Ce dernier rachat le propulsera numéro deux mondial de la cybersécurité, avec 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros). Les résultats complets du groupe Thales seront publiés le 3 mars prochain.

    13 Février 18 - Usinenouvelle.com – Lesechos.fr – Tradingsat.com
    Cybersécurité : "La France doit rehausser son niveau de protection", selon Louis Gautier

    Dans une interview accordée au Figaro, le secrétaire général de la ­défense et de la sécurité nationale revient sur la stratégie de cyberdéfense française. "Face à des menaces cyber de plus en plus agressives, la France doit, de façon générale, rehausser son niveau de protection", indique celui qui prône un "durcissement des systèmes informatiques de l'État et des infrastructures critiques". Louis Gautier rappelle qu'en matière de "souveraineté numérique", il existe une "impérieuse nécessité de maîtriser et détenir en propre certaines technologies critiques, en particulier celles liées au chiffrement, aux outils de détection et aux communications sécurisées".  Face à ce dessein, la LPM a prévu la mise en place d'un régime coopératif entre les opérateurs de communication et l'Anssi, afin notamment de traquer certains marqueurs d'attaque. Le responsable appelle également à la sécurisation de structures et d'événements clés, comme les médias ou les temps forts démocratiques (type élection présidentielle). Louis Gautier souhaite par ailleurs diffuser la culture de la sécurité numérique dans la société, notamment par l'apprentissage d'une certaine "hygiène informatique" dès l'école et par la formation des patrons de PME via des tutoriels sur smartphone. Il vise enfin la mise en place d'un réseau de prestataires de confiance à destination des particuliers, ainsi que le développement de normes professionnelles au sein des entreprises.

    13 Février 18 - Le Figaro
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    Nomination à la tête de l'aéroport Paris-CDG

    Marc Houalla, 57 ans, est promu Directeur général adjoint du groupe Aéroports de Paris et Directeur de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle par Augustin de Romanet, PDG du groupe. Cet ancien de la DGAC, expert du transport aérien, a intégré la société en septembre 2017, en tant que Directeur de l'aéroport Paris-Orly. Formé à l'ENAC (qu'il a dirigé) et à HEC, il succède à Franck Goldnadel, ancien Directeur général adjoint chargé des opérations d'ADP et Directeur de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle, qui quitte ses fonctions au sein du groupe.

    13 Février 18 - Le Figaro - Boursier.com
    L’aéroport de London City fermé après la découverte d’une bombe de la 2ème guerre mondiale

    Une bombe datant de la seconde guerre mondiale a été découverte dimanche en fin de journée, durant des travaux d’extension, entraînant la fermeture de l’aéroport London City. L’engin, découvert sur les quais de la Tamise, à proximité de l’unique piste de l’aéroport, a généré la mise en place d’un périmètre de sécurité de 214 m autour de l’aéroport. Dans la foulée, les autorités ont annulé la centaine de vols prévus dans la journée de lundi, affectant jusqu’à 16 000 passagers. L'aéroport doit normalement être rouvert aujourd'hui.

    13 Février 18 - Latribune.fr – Journal-aviation.com – Aerobuzz.fr – Laerien.fr