Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 17 mai 2018
  •  

    Industrie

    Industrie

    Assystem, Segula Technologies, Altran, Scalian... Les ingénieristes recrutent à tour de bras

    Assystem vient d'annoncer le recrutement de 2 000 salariés pour 2018 (70 % d'ingénieurs), dont 1 500 en France. Même emballement pour Segula Technologies, qui annonçait 4 600 recrutements, dont 2 200 en France. Altran et Scalian visent respectivement 3 000 et 800 embauches cette année. "Plusieurs facteurs expliquent cela", selon Christian Carlier, DRH de Segula Technologies : "les industriels externalisent de plus en plus leur R&D, des révolutions technologiques majeures sont en cours chez nos secteurs clients : la voiture connectée et autonome dans l’automobile, le moteur hybride dans l’aéronautique…", expose-t-il. De même, "un tiers des ingénieurs que nous embauchons part ensuite chez nos clients", note le Directeur des Ressources Humaines. A cela s'ajoute une forte concurrence, notamment pour recruter les profils de spécialistes et du numérique. Surtout que la France a formé environ 35 000 ingénieurs (selon la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs) pour 53 000 postes d’ingénieurs à pourvoir en 2017 (selon le Syntec ingénierie). Dès lors, chacun essaie de se montrer le plus attractif possible par des offres d'emploi sous forme de vidéo, des recrutements personnalisés ou encore l’organisation d’événements augmentant la visibilité de l'entreprise (type escape games ou tournois de e-sport).

    17 Mai 18 - Usinenouvelle.com
    CEFA Aviation transforme les données de vols en vidéos

    CEFA Aviation, une PME de 11 salariés basés à Colmar (Haut-Rhin), a développé un logiciel capable de transformer les données des enregistreurs de vol en des vidéos 3D. Ce concept, lancé il y a 18 ans, dispose aujourd’hui de 80 compagnies aériennes clientes, dont Air France, Lufthansa et United Airlines. Le logiciel s’adresse principalement aux pilotes, afin de leur permettre de visualiser les différentes phases du vol. Il peut toutefois être utilisé lors de procès, comme ça a été le cas pour le crash du Mont-Saint-Odile, ainsi que dans des enquêtes du BEA, ou même au sein de l’offre de services du constructeur GE Aviation. Fort de cette reconnaissance, CEFA Aviation (2 millions d'euros de chiffre d’affaires) veut désormais se positionner sur le marché de la formation des pilotes de ligne. Il a pour cela lancé, fin 2017, la solution AMS (Aviation Mobile Services) permettant aux pilotes de télécharger une vidéo de leur vol, consultable sur tablette à peine quelques minutes après l'atterrissage. "En permettant aux pilotes d'analyser eux-mêmes leurs vols, avec l'ensemble des paramètres et les sons, ils peuvent plus facilement améliorer leurs pratiques et corriger les éventuelles erreurs", assure le PDG, Dominique Mineo. AMS est actuellement en test auprès des pilotes de la compagnie japonaise ANA. "Avec ce nouveau marché, nous espérons atteindre la dizaine de millions d'euros de chiffre d'affaires", confie Dominique Mineo.

    17 Mai 18 - Lesechos.fr
    Défense

    Défense

    La France propose son soutien aux cyber-opérations de l’OTAN

    La première conférence Cyber Defence Pledge s’est tenue mardi à Paris, en présence de la ministre française des Armées, Florence Parly, et du Conseil de l'Atlantique Nord. A cette occasion, Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l'OTAN, a rappelé que la cyberdéfense constituait une priorité pour l'Alliance, au même titre que la sécurité terrestre, maritime ou aérienne. A ce titre, il a souligné que "la France [montrait] la voie, en investissant 1,6 milliard d'euros et en recrutant des milliers d'experts en cybersécurité supplémentaires". Florence Parly a rétorqué que la France se mettait à disposition de l’OTAN pour contribuer à ses opérations de cyberdéfense, et qu’elle "soutenait la mise en place d’un mécanisme permettant aux nations d’apporter volontairement des effets cyber, dans le cadre des missions et opérations de l’Alliance".

    17 Mai 18 - Lemonde.fr - Lefigaro.fr
    Espace

    Espace

    L'Union européenne prépare la deuxième génération Galileo

    La Direction générale du marché intérieur, de l'industrie, de l'entrepreneuriat et des PME de la Commission européenne a publié le 15 mai un avis de marché favorable à l’acquisition de 4 nouveaux satellites Galileo. Ces satellites "de transition" devraient être dotés de "caractéristiques évoluées" afin de servir de base de référence à la deuxième génération de satellites de la constellation, qui doit entrer en service en 2025-2026. Actuellement, la constellation Galileo dispose de 22 satellites en orbite, dont 4 construits par Airbus Defence and Space et 18 par OHB. Il est prévu que 16 autres satellites de première génération (fournis par OHB) les rejoignent d’ici à 2021.

    17 Mai 18 - Air-cosmos.com
    Thales Alenia Space lance la production de sa nouvelle gamme de satellites télécoms Spacebus Neo

    Thales Alenia Space (TAS) vient d’annoncer le lancement de la fabrication et la qualification d’une nouvelle ligne de satellites de télécommunications géostationnaires. Baptisée Spacebus Neo, cette nouvelle offre proposera, entre autres, une conception flexible et modulaire, des charges utiles optimisées, un contrôle thermique innovant et des solutions numériques très haut débit. De quoi faire de Spacebus Neo "la solution de satellites géostationnaires la plus attractive pour satisfaire les besoins des opérateurs sur le marché mondial très compétitif des satellites de télécommunication", selon Thales. Cette nouvelle gamme, soutenue par l’ESA et le CNES, dispose déjà de 4 commandes des clients commerciaux et institutionnels. Le premier lancement est prévu pour 2019.

    17 Mai 18 - Tribuca.net – Trasporti-italia.com
    L’imagerie satellite, nouvel atout du secteur pétrolier pour anticiper l’évolution du marché

    Le secteur pétrolier, et plus globalement celui des énergies, a su tirer profit de la démocratisation de l’imagerie satellitaire. Dans un milieu secret et opaque, les grandes compagnies pétrolières ne communiquent que très peu sur leur production, leurs flux et leurs stocks. Et cela même alors que 200 milliards de dollars de pétrole et de produits pétroliers sont échangés chaque jour sur la planète. Pour anticiper l'équilibre entre l'offre et la demande, prévoir l'évolution des prix et surveiller ce que font les concurrents, certaines start-ups, comme Kayrros ou Kpler, se sont lancées sur le marché de "l'intelligence sur l'énergie", estimé à plus de 4 milliards d'euros par an. Grâce au machine learning (une technologie d'intelligence artificielle), les sociétés surveillent plusieurs milliers de tankers, de puits de pétrole ou de raffineries depuis l’espace, avant de réaliser un reporting de leurs activités grâce à un croisement de données. Ainsi, en étudiant l’ombre des navires, ces sociétés sont capables de déterminer le poids des cargaisons livrées par voie maritime, et donc d’évaluer si les entreprises atteindront, ou non, leurs objectifs. De même, les satellites permettent de détecter les événements provoquant des variations de production, comme un accident sur un champ pétrolier, anticipant ainsi la hausse imminente des cours. Kpler dispose d’un parc de 100 nanosatellites, exploités par quatre partenaires, qui lui permettent un suivi en temps réel de 95 % des volumes de pétrole, gaz et charbon échangés par voie maritime. De son côté, Antoine Rostand, Président et fondateur de Kayrros, prédit que "d’ici un ou deux ans, on pourra analyser [depuis l’espace, ndlr] le trafic automobile en temps réel pour estimer la consommation de pétrole d'un pays".

    17 Mai 18 - Lefigaro.fr
    L'instrument Matisse, installé sur le Very Large Telescope de l'ESO, obtient sa première lumière

    Après 15 années de développement, l'European Southern Observatory (ESO) vient d’annoncer la première lumière de l’instrument Matisse, installé au Chili sur le Very Large Telescope (VLT). Fruit d'une collaboration entre la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Autriche, cet instrument a pour mission d'étudier l'environnement des jeunes étoiles et particulièrement les régions internes des disques protoplanétaires, donnant naissance aux planètes telluriques. Matisse (Multi AperTure mid-Infrared SpectroScopic ­Experiment) est un interféromètre capable de combiner la lumière des quatre télescopes du VLT, lui offrant ainsi la capacité d'observation d'un télescope doté d'un miroir de 200 mètres de diamètre. Ses découvertes prendront leur pleine mesure au moment de l'entrée en service du télescope James Webb, en 2019. Les deux instruments opèrent en effet sur la même longueur d'onde et pourront réaliser des observations complémentaires.

    17 Mai 18 - Le Monde - Sciencesetavenir.fr
    Sécurité

    Sécurité

    Boeing sécurise ses opérations de fabrication additive avec Assembrix

    Boeing a annoncé le 14 mai la signature d’un partenariat avec la société israélienne Assembrix, connue pour sa plateforme cloud sécurisée, dédiée à la fabrication additive industrielle. Cette dernière permet de superviser l’ensemble du processus d’impression 3D, de la conception à la production. Le constructeur s’assure ainsi la protection des données partagées avec ses fournisseurs contre les risques d’interception, de corruption ou de décryptage des fichiers. Boeing redoute en effet que les pièces critiques soient compromises, par vol ou sabotage, au stade de la conception.

    17 Mai 18 - 3dnatives.com – Primante3d.com
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    Paris Aéroport a perdu 400 000 passagers en avril avec les grèves

    Suite aux mouvements sociaux chez Air France, les aéroports parisiens Paris-CDG et Orly ont enregistré une baisse de 1,2 % de leur trafic en avril, ce qui représente une perte d'environ 400 000 passagers par rapport aux chiffres de 2017. Au total, les deux aéroports ont accueilli 8,7 millions de passagers, dont 5,8 millions à Paris-Charles de Gaulle (- 3,5 %) et 3 millions à Paris-Orly (+ 3,6 %).

    17 Mai 18 - Les Echos - Boursier.com - Boursorama.com - Lepoint.fr - Journal-aviation.com - Deplacementspros.com - Usinenouvelle.com
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    L'écart d'impôts entre les industries françaises et allemandes chiffré à 25 milliards d'euros

    Une étude de l'institut COE-Rexecode établit le poids des prélèvements obligatoires sur l'industrie française à 27,9 % de la valeur ajoutée, contre seulement 17,2 % en Allemagne. "Les prélèvements obligatoires pesant sur l'industrie manufacturière sont de 66 milliards d'euros en France [sur une valeur ajoutée de 236 milliards, ndlr] et de 112 milliards en Allemagne [sur une valeur ajoutée de 666 milliards, ndlr]", estime l'institut. Une partie de l'explication de cet écart tiendrait à la charge, plus lourde en France, des impôts de production. Ces derniers, qui comprennent les impôts fonciers tels que la CVAE, le versement transport, le 1 % logement et de nombreuses contributions sectorielles, représentent 9,7 % de la valeur ajoutée pour l'industrie française, contre 4 % en Allemagne. Ce différentiel, chiffré à 13,5 milliards d'euros, provient en partie de l'absence d'impôts sur la masse salariale en Allemagne (type forfait social ou C3S). De même, le poids des impôts locaux est plus pressant en France. En revanche, l'Hexagone dispose de crédits d'impôts (CIR et CICE) qui n'existent pas outre-Rhin, "mais leur poids, équivalent à 2,9 points de valeur ajoutée, ne suffit pas à compenser la différence", soulignent les Echos.

    17 Mai 18 - Les Echos
    En direct du GIFAS

    En direct du GIFAS

    "Les Rencontres GIFAS Clients-Fournisseurs" - 29 mai 2018

    Cette année, les Rencontres auront pour thème "Les nouvelles technologies au service de la compétitivité et de la croissance de la filière".

    Inscriptions :

    http://colloquegifas-29mai2018.com/site/colloque-gifas;jsessionid=UYTzlIurHaXDQtAaBqBxqARB.gl3

     

    17 Mai 18 - GIFAS