Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 26 juillet 2018
  •  

    Industrie

    Industrie

    Airbus a livré 303 avions au premier semestre 2018 dont 40 A350 XWB

    Le carnet de commandes d'Airbus est de 7 168 avions commerciaux, au 30 juin, et n'inclut donc pas les 431 commandes et engagements d'achat annoncés au Salon de Farnborough la semaine passée. Au premier semestre, l'avionneur a enregistré 206 commandes nettes (et 261 commandes brutes) dont 50 A350 XWB et 14 A330. Concernant les livraisons, l'avionneur a livré 303 appareils au cours des 6 derniers mois dont 239 de la famille A320, 18 A330, 40 A350 XWB et 6 A380. A noter que 110 A320neo ont été livrés au deuxième trimestre et la montée en cadence se poursuit. Tom Enders, président exécutif, note que les livraisons d'A320neo sont reparties à la hausse au cours du deuxième trimestre et de préciser : "notre priorité opérationnelle pour l'activité Avions commerciaux consiste clairement à continuer de sécuriser la montée en cadence de la production". Les commandes nettes d'hélicoptères se sont élevées à 143 unités au premier semestre alors que 141 appareils ont été livrés. Enfin, Airbus Defence and Space a enregistré "une bonne dynamique des commandes", particulièrement Space Systems. Le chiffre d'affaires semestriel du groupe est stable à 25 milliards d'euros, l'EBIT ajusté consolidé est de 1,162 milliard d'euros et le résultat net consolidé est de 496 millions.

    26 Juillet 18 - boursier.com - capital.fr - finance.orange.fr
    Safran vise les 2 000 moteurs Leap produits par an en 2020, explique Philippe Petitcolin

    Revenant sur la montée en cadence de la production du Leap, Philippe Petitcolin, directeur général de Safran, explique dans une interview : "le défi que nous avons à relever est titanesque. Le Leap n'a aucune pièce commune avec son prédécesseur, le CFM56. Et l'on vise des cadences que les autres fournisseurs de la chaîne de production ont mis des années à atteindre". Le dirigeant rappelle à ce sujet qu'on est passé de 77 Leap produits en 2016 à 459 l'an passé et "nous visons 1 100 moteurs cette année et 2 000 en 2020. C'est la première fois dans l'histoire de l'aéronautique qu'une remotorisation se fait avec de tels volumes". Concernant la production, il annoncera début 2019 "si nous pouvons aller au-delà des cadences déjà promises". Parmi les difficultés à surmonter figure l'embauche des compagnons : "la formation telle qu'elle est dispensée aujourd'hui en France ne correspond pas à nos besoins". A propos du retour financier de l'investissement, Philippe Petitcolin annonce : "nous serons à l'équilibre à l'horizon 2020. Mais c'est surtout quand la vague de l'après-vente arrivera, avec de la maintenance, que nous gagnerons de l'argent". (Lire également en rubrique Environnement & Développement durable).

    26 Juillet 18 - Capital
    Michelin lance le pneu Pilot destiné aux avions à pistons et aux turbopropulseurs

    Michelin a lancé un nouveau pneu, le Michelin Pilot, un pneu haute performance spécialement conçu pour les avions à pistons et les turbopropulseurs. "Nos clients veulent un pneu doté d'une bande de roulement renforcé pour réaliser davantage d'atterrissages et d'un pneu plus léger pour améliorer l'efficacité énergétique : le nouveau pneu Michelin Pilot présence ces deux avantages", explique Robert Sevener, responsable du domaine aviation générale chez Michelin. Le pneu bénéficie, entre autres, des derniers composants de haute technologie résistant à l'ozone et aux rayons UV, assurant une protection quelles que soient les intempéries.

    26 Juillet 18 - air-cosmos.com
    ATR : la compagnie brésilienne Azul renouvelle son contrat de maintenance global

    La compagnie brésilienne Azul a renouvelé avec ATR pour une nouvelle période de dix ans son contrat de maintenance global portant sur une flotte de 30 ATR 72-600. Il s'agit du plus gros contrat de maintenance de l'avionneur franco-italien. Le contrat couvre les LRU (équipements remplaçables en ligne), la disponibilité et la maintenance des hélices ainsi qu'un service de stockage sur site. ATR est en capacité au Brésil de fournir une assistance permanente avec un entrepôt à Sao Paulo et la présence d'un partenaire MRO labellisé ATR, la société TAP M&E, alors que APS Brazil assure la maintenance des hélices. ATR compte en Amérique Latine 30 clients qui opèrent au total 170 appareils.

    26 Juillet 18 - air-cosmos.com
    Dassault Systèmes relève ses objectifs pour l'année 2018

    Le chiffre d'affaires de Dassault Systèmes a progressé de 4% au deuxième trimestre 2018 pour atteindre 840,3 millions d'euros dont 87,7 millions d'euros de prestations de services. Le bénéfice net du groupe est en hausse de 17%, à 186,8 millions d'euros. Le premier semestre a permis à l'éditeur de logiciels de totaliser 1,6 milliard d'euros de recettes, en hausse de 9% à taux de change constant. Bernard Charlès, PDG, relève les objectifs en prévoyant une croissance des revenus entre 9% et 10% à taux de change constant et un bénéfice espéré de 10 à 12% (contre 6 à 8% précédemment). Aujourd'hui, toutes les lignes d'activité de Dassault Systèmes sont en expansion : après s'être développé dans les transports, le groupe étend son champ commercial aux grands projets dans les infrastructures ou l'énergie, mais aussi au luxe ou à l'habillement.

    26 Juillet 18 - Les Echos - Le Figaro
    Serma Technologies acquiert la société Science et Surface

    La société de services et d'ingénierie technologique Serma Technologies a racheté Science et Surface, basée à Ecully (Rhône). Cette société qui emploie une dizaine de personnes est un laboratoire d'expertise en matériaux dans l'analyse de surface. Serma Technologies, notamment présente à Pessac (Gironde) et Grenoble (Isère), emploie 160 ingénieurs.

    26 Juillet 18 - Les Echos
    Défense

    Défense

    Armement : Florence Parly lance le programme de missiles MICA nouvelle génération

    Florence Parly, ministre des Armées, a réuni mardi un Comité ministériel d'investissement à l'issue duquel elle a lancé la réalisation du programme d'armement "MICA nouvelle génération" (MICA NG). Ces missiles air-air ou sol-air remplaceront le missile MICA dont le retrait progressif est attendu entre 2018 et 2030. Ce programme de missiles, explique-t-on à la DGA, permettra de renouveler la capacité d'interception à moyenne distance, de combat rapproché et d'autoprotection des Mirage 2000 et des Rafale de l'armée de l'Air et de la Marine nationale. Le MICA NG apportera des innovations dans les domaines de la propulsion et des autodirecteurs et contribuera à accroître les capacités air-air des chasseurs français. Ils seront développés en deux versions et livrés entre 2026 et 2031. Selon la DGA, une part très significative des coûts de développement du missile sont supportés par les industriels titulaires de ce contrat (MBDA, Safran et Thales). Le missile MICA constitue actuellement le principal armement air-air du Rafale et du Mirage 2000-5. Il sera intégré aussi sur Mirage 2000D dans le cadre du programme de rénovation de ces appareils.

    26 Juillet 18 - usinenouvelle.com - air-cosmos.com
    La DGA a réceptionné la frégate Bretagne, cinquième FREMM commandée par la Marine nationale

    La DGA a réceptionné la semaine passée la frégate Bretagne, cinquième FREMM commandée par la Marine nationale. Au total, ce sont huit frégates qui doivent venir renforcer les moyens de la Marine. Ces FREMM dotent la Marine d'une capacité de frappe en profondeur avec les missiles de croisière navals MdCN. Pour le ministère, les FREMM "constituent l'ossature de la flotte de surface dans les différents domaines de lutte à la mer". La LPM 2019-2025 prévoit la livraison de la sixième frégate de lutte anti-sous-marine (Normandie) en 2019 et les deux derniers bâtiments de la série (Alsace et Lorraine) avec des capacités renforcées en défense aérienne, livrés en 2021 et 2022. Ces deux dernières frégates pourront mettre en oeuvre des missiles Aster 30 en complément des Aster 15.

    26 Juillet 18 - air-cosmos.com
    La Darpa lance un plan d'1,5 milliard de dollars sur 5 ans pour renouveler les circuits intégrés

    La Darpa, l'agence de recherche du département américain de la Défense, lance un plan de soutien de 1,5 milliard de dollars en 5 ans à des programmes de R&D collaboratifs dans les puces électroniques. L'objectif de ce plan est de préparer l'après loi de Moore en trouvant les moyens de poursuivre la progression des circuits intégrés, sans la traditionnelle miniaturisation. Les pistes porteront sur la recherche de nouveaux matériaux, de nouveaux dispositifs électroniques, de nouvelles architectures de traitement, de nouvelles méthodes de conception et de nouveaux procédés d'intégration comme l'assemblage de puces en 3D.

    26 Juillet 18 - usinenouvelle.com
    Espace

    Espace

    Galileo : avec 4 satellites de plus en orbite, le système va couvrir la totalité de la planète

    Un lanceur Ariane 5 a effectué hier depuis Kourou son 99ème vol. Le lanceur lourd européen, utilisé pour la dernière fois dans sa version ES, a mis à poste quatre nouveaux satellites de la constellation Galileo (voir notre synthèse d'hier). Cette mission (VA244) qui a duré 3h57, a permis de déployer les satellites FM 19 à 22, qui représentent les 23ème, 24ème, 25ème et 26ème satellites de la constellation, les quatre satellites qui manquaient à la constellation pour couvrir la totalité de la planète. Ces quatre satellites, construits par OHB et d'une masse de 716 kilos au décollage, ont été placés à 22 922 kilomètres d'altitude sur une orbite circulaire inclinée. Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, présente à Kourou, a souligné "ce nouveau succès d'Ariane", qui démontre que "l'Europe du spatial est au meilleur niveau mondial". Concernant la menace que pouvait constituer le Brexit et qui aurait pu priver la constellation de certains moyens terrestres situés au Royaume-Uni, tout risque est désormais écarté : une station implantée à Madrid remplacera la station britannique. Le système européen de navigation par satellites Galileo est entré en service en décembre 2016. Il compte aujourd'hui 400 millions d'utilisateurs.

    26 Juillet 18 - air-cosmos.com - journal-aviation.com - La Dépêche du Midi (24/07) - L'Opinion - Le Figaro - Les Echos
    Le système Galileo est beaucoup plus ouvert à la société civile

    "Galileo est beaucoup plus ouvert à la société civile afin d'avoir plus de retombées économiques", explique Pacôme Delva, enseignant-chercheur au laboratoire Systèmes de Référence Temps-Espace (Syrte) de l'Observatoire de Paris et de Sorbonne Université. Galileo est en effet le seul système civil : tous les autres sont militaires et de surcroît non -européens. Concernant le GPS, il explique : "aujourd'hui, il existe des accords entre pays mais les Etats-Unis peuvent encore appuyer sur un bouton et dégrader le signal GPS pour le monde entier sauf eux". Revenant sur les avantages de Galileo qui "met enfin l'Europe sur orbite" (in L'Opinion), le chercheur précise : "énormément de services dépendent de la géolocalisation, par exemple le fait de suivre une flotte automobile, pour une entreprise de transport ou de taxis, ou la réalité augmentée sur les smartphones, les drones pour les agriculteurs ou les avions qui atterrissent automatiquement".

    26 Juillet 18 - L'Opinion
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    Le Conseil national de l'industrie s'attaque à l'international

    Le Conseil national de l'industrie (CNI) a installé en début de semaine le CNI International, avec à sa tête le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne et la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, Delphine Gény-Stephann, pour le coprésider. Le CNI International a vocation à promouvoir les exportations des entreprises françaises, visant notamment à "accélérer et améliorer l'efficacité des actions menées sur (...) le développement des flux d'exportation, l'internationalisation des PME et ETI industrielles dans les territoires, l'accroissement du contenu "made in France" des offres industrielles françaises".

    26 Juillet 18 - acteurs publics - usinenouvelle.com
    Environnement & Développement durable

    Environnement & Développement durable

    Moteurs d'avion 100% électriques : pas avant 2050 estime Philippe Petitcolin

    Philippe Petitcolin ne croit pas que le moteur électrique s'imposera dans les prochaines années : "je ne le pense pas, pour l'aviation commerciale en tout cas, même si la propulsion électrique est l'un des axes de recherche sur lesquels on travaille le plus". Selon lui, "la prochaine génération sera thermique avec une part d'hybridation électrique", ajoutant, "il faudra attendre 2030, voire 2035, pour qu'elle arrive, sauf cas exceptionnel (type un baril à 200 dollars)". Concernant une motorisation 100% électrique, le directeur général de Safran estime qu'elle arrivera avec la génération suivante (2050-2060) avec des solutions de type pile à combustible, "car je ne pense pas que les fabricants de batterie accepteront de faire les investissements nécessaires aux besoins de l'industrie aéronautique. Leur priorité c'est l'automobile".

    26 Juillet 18 - Capital