Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 1er mars 2019
  •  

    Industrie

    Industrie

    Eric Trappier : "L'industrie française a tenu ses engagements en matière d'investissements en Inde"

    Dans un entretien à Air&Cosmos, le président du GIFAS, Eric Trappier, revient sur la forte présence de la France au salon AéroIndia 2019, sur les liens d'amitié historiques et de partenariat entre les deux nations, et l'excellence de la relation actuelle, dont la visite du président français en mars 2018 fut une illustration. "Cette visite d’Etat, explique Eric trappier, a été immédiatement suivie, à l’initiative du Conseil du GIFAS, d’une mission industrielle du GIFAS en Inde en avril 2018, que j’ai eu l’honneur de conduire. Elle a réuni soixante groupes et entreprises industriels français de l’aéronautique, de la défense et de l’espace, représentant plus de 80 participants, avec l’ambition de poursuivre la mise en œuvre du partenariat stratégique signé il y a 20 ans et renforcer la coopération franco-indienne. Cela a été aussi l’occasion pour la supply chain aéronautique et spatiale française de découvrir la politique indienne du Make in India promue par le Premier ministre Narendra Modi." 

    "Depuis cette mission en Inde, poursuit Eric Trappier, l’industrie aéronautique et spatiale française ne s’est pas contentée d’exprimer des intentions mais a tenu ses engagements en termes d’investissement. Une quinzaine de projets de groupes et sociétés membres du GIFAS se sont ainsi concrétisés, que ce soit la création de nouveaux sites industriels, la mise en place de partenariats et de joint-ventures, ou l’ouverture de bureaux de représentation." Le GIFAS, pour sa part, a ouvert en décembre dernier un bureau de représentation à New Delhi, avec un représentant permanent, et mis en place un Comité GIFAS Inde pour parfaire la coordination entre les industriels implantés sur place. Le GIFAS accompagne bien ses adhérents dans leur volonté d’engagement de la France et de ses industries en faveur du Make in India.

    01 Mars 19 - Air&Cosmos
    Airbus va ouvrir à Angoulême l'Airbus Flight Academy Europe

    Afin de répondre à la forte demande du marché européen en matière de formation de pilotes cadets (94 000 nouveaux pilotes seront nécessaires au cours des 20 prochaines années), Airbus a décidé d'ouvrir sa propre Flight Academy et d'étendre son offre de services de formation en proposant des formations initiales. Basée à Angoulême, l'Airbus Flight Academy Europe s'appuie sur des synergies transdivisionelles pour proposer le programme de formation initiale Pilot Cadet Training agréé par l'EASA à la fin de l'année 2018. Cette formation sera délivrée par des pilotes instructeurs d'Airbus et complètera les phases de formation intermédiaire et avancée déjà disponibles et offertes sur le réseau de formation existant, qui comprend 17 sites dans le monde. L'Airbus Flight Academy Europe vise à former jusqu'à 200 pilotes cadets par an. Le programme Pilot Cadet Training d'Airbus est accessible aux diplômés du secondaire âgés de 18 ans et plus, quel que soit leur pays d'origine. Les candidats passeront des tests de présélection en ligne et sur site avant d'être admissibles à la formation, qui comprendra 750 heures d'instruction au sol et 200 heures de formation en vol. L'Airbus Flight Academy Europe, précédemment dénommée Cassidian Aviation Training Services (CATS), est une filiale à 100 % d'Airbus.

    28 Février 19 - Journal de l'Aviation - Aeroweb
    Fusion Gemalto/Thales : feu vert sous condition de la justice américaine

    Le ministère américain de la Justice demande la vente par Thales de son activité "modules de sécurité" pour approuver le rachat du franco-néerlandais Gemalto. Le ministère, qui exerce la fonction d'autorité de la concurrence, estime en effet que le rapprochement pose des problèmes de concurrence aux Etats-Unis sur le marché des "General Purpose Hardware Security Modules", car les deux groupes y "représentent 66% des ventes" de ces produits. Ces appareils servent à renforcer la sécurité informatique, via le cryptage des données. "Sans cette cession, le rachat proposé pourrait entraîner des hausses de prix, une baisse de qualité, un ralentissement de l'innovation et un moindre choix", argumente le ministère américain. En octobre, les deux groupes avaient indiqué "discuter avec certaines autorités de concurrence de mesures correctives pour répondre à leurs préoccupations relatives au marché" des GP HSM, repoussant du même coup la finalisation de l'opération au premier trimestre 2019.

    01 Mars 19 - Le Figaro
    La région Nouvelle-Aquitaine veut investir sur l'aéronautique, la défense, la chimie, et les matériaux

    Le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a indiqué au cours d'une conférence de presse, jeudi 28 février, qu'après plusieurs années en baisse, les effectifs industriels de Nouvelle-Aquitaine en 2018 ont fini en hausse pour la deuxième année consécutive (+ 1,2 % après +0,6 % en 2017). "Le chiffre d'affaires industriel global progresse quant à lui de 3 %", a-t-il précisé, ajoutant que l'aéronautique et la construction navale tirent l'ensemble vers le haut. Alain Rousset a présenté deux feuilles de route pour l'industrie. La première fixe les orientations stratégiques pour la filière chimie et matériaux. La seconde, qui sera débattue à la Région lundi 4 mars, concerne la filière aéronautique, le spatial et la défense. L'un des objectifs d'Alain Rousset est de contribuer à la structuration de la filière et au renforcement des sous-traitants, "pour éviter une base de la pyramide composée d'un tissu de PME fragiles". La Région, qui a mobilisé 45 millions d'euros en 2017 en faveur de la filière, entend miser sur les technologies duales qui peuvent servir tant à l'univers du civil que du militaire. 

    28 Février 19 - La Tribune
    Rolls-Royce renonce à motoriser le NMA de Boeing

    Rolls-Royce a annoncé, le 28 février, qu'il renonçait à proposer un moteur pour le New Midsize Airplane (NMA) américain et qu'il se retirait de la compétition. Il considère ne pas être en mesure de proposer une plateforme avec une maturité suffisante pour satisfaire les ambitions de Boeing et ses propres exigences tout en respectant le calendrier actuel proposé. Rolls-Royce travaille depuis plusieurs années sur les nouvelles technologies (développement et réduction des risques) pour les futurs grands programmes de moteurs avec l'UltraFan mais "il doit subir un régime d'essais rigoureux avant de l'offrir à nos clients, ce qui, à notre avis, ne peut être réalisé dans les délais prévus par le NMA", explique Chris Cholerton, président de la division Civil Aerospace de Rolls-Royce. 

    28 Février 19 - Journal de l’Aviation
    British Airways s'engage dans l'acquisition de 42 Boeing 777X

    Le renouvellement de la flotte de très gros-porteurs de British Airways passera par le 777X. Le groupe IAG a annoncé, le 28 février, qu'il s'était engagé auprès de Boeing pour acquérir jusqu'à 42 exemplaires du 777-9. La commande envisagée, et qui doit être finalisée, porterait sur dix-huit appareils en ferme et vingt-quatre en option. Leur valeur est estimée à 18,6 milliards de dollars. British Airways précise que les 777-9 seront livrés entre 2022 et 2025. Ils remplaceront quatorze 747-400 - ce qui réduirait le coût au siège de 30% - et quatre 777-200.

    28 Février 19 - Journal de l'Aviation - Les Echos
    Défense

    Défense

    Joël Barre veut plus de collaboration entre la DGA, les armées et les industriels dès le stade de définition des besoins

    Dans un entretien aux Echos, Joël Barre, délégué général pour l'armement, explique comment le déploiement des nouvelles technologies change la défense. Il cite notamment la technologie hypersonique et l'intelligence artificielle, mentionnant "les développements autour du « Man Machine Teaming » menés avec Dassault." Sur la politique spatiale militaire, il estime que le "spatial devient un champ de confrontation potentiel". "Pour rester dans la course, il n'y a pas d'autre solution que la coopération européenne. Nous avons ainsi proposé aux Allemands de définir ensemble une feuille de route dans le domaine de la surveillance de l'espace. Et nous proposerons ensuite à la Commission européenne des projets réunissant plusieurs Etats pour avoir accès aux financements du futur Fonds européen de défense.

    Sur les investissements de la DGA pour 2019, il explique: "cette année, nous allons engager 14 milliards d'euros, soit 10 % de plus qu'en 2018, sur plus d'une centaine de programmes d'armement (...). La DGA veut améliorer ses méthodes d'acquisition, avec des processus moins « linéaires » pour aller vers plus de collaboration entre la DGA, les armées et les industriels dès le stade de la définition des besoins. Nous discutons aussi avec l'industrie pour inclure des clauses de disponibilité dans les contrats ainsi que pour trouver le bon équilibre afin d'obliger chacun à mieux maîtriser les délais et les coûts, et les risques." Enfin, interrogé sur le gel allemand des exportations d'armes vers l'Arabie saoudite, Joël Barre appelle à "des règles d'exportation des matériels développés en commune" et estime "urgent de trouver des règles du jeu communes".

    01 Mars 19 - Les Echos
    Espace

    Espace

    Le Canada participera à la construction d’une station spatiale internationale près de la Lune

    Le Canada s'associe à la Nasa pour retourner sur la Lune et va participer à la conception de la petite station Gateway, servant de relais lors des voyages entre la Terre et son satellite, a annoncé jeudi 28 février, le Premier ministre Justin Trudeau. L'agence spatiale canadienne va fournir un système robotisé intelligent, le Canadarm3, qui permettra de réparer et d'entretenir la station Gateway. La Nasa a prévu d'assembler en orbite lunaire Gateway d'ici 2026. "Le Gateway lunaire n'est pas seulement l'un des projets les plus ambitieux entrepris à ce jour par l'Homme. Non seulement (la station) servira d'avant-poste pour une présence à long terme sur la Lune, mais ce sera également la rampe de lancement pour Mars et au-delà", a déclaré le Premier ministre canadien. La Nasa vise un retour des astronautes sur la Lune en 2028. M. Trudeau a précisé que la participation du Canada à ce projet de la Nasa s'inscrivait dans le cadre de la "nouvelle stratégie spatiale" de son pays, pour laquelle il a annoncé un investissement de 2,05 milliards de dollars canadiens (1,4 milliard d'euros) sur 24 ans.

    28 Février 19 - Le Devoir - La Croix
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    ATR signe un partenariat avec AviAssist en Afrique

    ATR a signé un accord de partenariat avec AviAssist, un organisme indépendant à but non lucratif dédié à la promotion de la sécurité aérienne en Afrique. Grâce à ce partenariat, ATR renforce la sensibilisation à la sécurité aérienne et à la prévention des accidents. Depuis 2015, ATR participe chaque année aux conférences SiAA (Safety in African Aviation), dédiées à la sécurité aérienne en Afrique et organisées par AviAssist. ATR est également membre du Comité de Conférence.

    28 Février 19 - aeroweb-net.fr
    Air France-KLM : une rencontre inter-gouvernementale prévue aujourd'hui

    Deux jours après la prise de participation surprise de l'Etat néerlandais au capital d'Air France-KLM, le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, doit retrouver ce vendredi 1er mars à Paris, son homologue néerlandais, Wopke Hoekstra, à l'origine du raid boursier. Bruno Le Maire avait qualifié l'opération d' "inamicale et incompréhensible"Lors d'une rencontre avec des analystes à Londres, mercredi 27 février, le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith, est également revenu sur la prise de participation néerlandaise, passée à 14 %. Tout en regrettant l'absence de concertation, Benjamin Smith s'est voulu rassurant, estimant que cette opération ne remettait en cause ni sa stratégie, ni les acquis des dernières semaines : le retour à la paix sociale chez Air France et la nouvelle gouvernance du groupe.

    28 Février 19 - Les Echos
    Ponctualité des vols long-courriers : Hong Kong Airlines, en tête du palmarès mondial

    Sur 75 compagnies, Air France se classe au 45e rang du palmarès AirHelp, avec une moyenne de seulement 49,5% de vols long-courriers arrivant à l'heure, entre janvier 2017 et janvier 2019. Plus d'un vol sur deux a en effet subi des perturbations (retards de plus de 15 minutes ou annulation) selon une étude de AirHelp qui a analysé et classé la ponctualité des vols de plus de 5 heures de 75 compagnies aériennes internationales, entre janvier 2017 et janvier 2019. Aucune des compagnies étudiées ne peut se prévaloir d'assurer des vols arrivant toujours à l'heure. Toutefois, certaines sont plus fiables que d'autres. Hong Kong Airlines est en tête du classement, avec un taux de ponctualité de 83,6%. La deuxième place du podium est occupée par Kenya Airlines et la troisième par Singapore Airlines, avec des taux de vols à l'heure, respectivement de 71,9% et 67%, loin derrière leur concurrent hong-kongais. En moyenne, selon ce classement, 55,8% des vols ne sont pas arrivés à l'heure ou ont été annulés. Aucune des compagnies aériennes européennes ne figure dans le top 10. La plus ponctuelle est Iberia, classée au 11e rang, mais avec à peine deux vols sur trois à l'heure (64%). De son côté, Air France se place à la 45e place. Son taux de ponctualité est de 49,5% selon l'étude AirHelp. Cela signifie qu'en moyenne, un vol long-courrier sur deux de la compagnie tricolore est arrivé en retard sur la période observée.

    28 Février 19 - Le Figaro
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    317 556 jeunes sont entrés en apprentissage en 2018, un nombre record

    Le nombre de jeunes entrés en apprentissage a atteint un record, avec 317 556 jeunes, selon les chiffres communiqués, le 26 février, par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Ce chiffre est en augmentation de 7,7% par rapport à 2017 et dépasse le précédent record établi en 2012 avec 316 050 entrées. Fin 2018, la France comptait 437 000 apprentis, contre 419 000 fin 2017. Dans le détail, 302 380 nouveaux contrats ont été signés dans le privé (+7,8%) et 15 176 dans le public (+5,0%). La ministre du travail a annoncé la création de "prépas apprentissage" en classe de 3e à partir du 1er mars pour les jeunes vulnérables souhaitant entrer en apprentissage. Elles concerneront 150 centres de formation des apprentis (CFA) et 28 000 places seront disponibles dans toute la France. Leur création s'inscrit dans le cadre de la loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018.

    01 Mars 19 - AFP
    A la une des médias sociaux

    A la une des médias sociaux

    Blagnac et le Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget fêtent cette fin de semaine les 50 ans du Concorde

          

    28 Février 19 - En savoir plus : cliquez sur l'image