Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 04 avril 2019
  •  

    Industrie

    Industrie

    Airbus : une implantation mondiale pour mieux imposer sa famille d'avions monocouloirs

    Au cours de ces dernières années, Airbus a bâti un "grand meccano" pour mieux imposer sa gamme d'avions mono-couloirs dans le monde. Capital présente les diverses implantations géographiques de l'avionneur : Toulouse, Hambourg, Tianjin, Montréal (l'A220) et Mobile. Dans cette usine, inaugurée en 2015, l'avionneur assemble donc l'ensemble de sa gamme de monocouloirs (A220, A319, A320 et A321). Au total, l'activité de l'avionneur représente "plus de 275 000 jobs directs et indirects, rien qu'aux Etats-Unis", souligne Jeff Knittel, le patron d'Airbus Americas. Si Airbus dispose de quatre lignes d'assemblage différentes pour la famille "Neo", à Hambourg, Toulouse, Mobile et Tianjin, elles sont toutes copiées sur celle de Hambourg par souci d'efficacité, les procédés de fabrication étant partout les mêmes. Enfin, Tom Enders a lancé à Mobile, le 16 janvier dernier, la nouvelle ligne consacrée à l'A220 dont le coût doit s'élever à 300 millions de dollars.

    04 Avril 19 - Capital
    Stelia Aerospace fabrique à Rochefort des milliers de fauteuils d'avion, uniquement business

    2 800 fauteuils passagers sortiront cette année de l'usine de Rochefort de Stelia Aerospace. Il s'agit de fauteuils destinés aux classes business des A350-900 ou  des 787-B commandés par une quarantaine de compagnies aériennes clientes. "Le marché du business explose et les compagnies ont un gros besoin de se différencier les unes des autres", explique Thierry Kanengieser, vice-président de l'activité "cabin interior". Le prix de tels fauteuils (qui se transforment en lit de 1,90 mètre de long) pourrait atteindre 30 000, voire plus de 100 000 dollars l'unité, selon les composants utilisés et les technologies incorporées. La conception de ces fauteuils a évolué ces dernières années vers plus d'intimité : "aujourd'hui, le fauteuil business constitue un véritable cocon", note Thierry Kanengieser. En revanche, Stelia Aerospace ne fabrique aucun fauteuil destiné aux classes économiques des compagnies.

    04 Avril 19 - Sud Ouest
    Aircraft Interiors : Safran présente le fauteuil business Versa

    A l'occasion du Salon Aircraft Interiors, Safran a présenté Versa, un nouveau concept de siège de classe affaires. Il s'agit d'une plateforme qui peut accueillir de nombreux modules et extensions technologiques développés sur toute la gamme premium Safran Seats : écrans plus larges, un système de chargement et d'écoute sans fil, éclairage perfectionné, nouveaux systèmes de commandes, option fonction chauffante etc. L'implantation des fauteuils en "chevron" permet un accès au couloir garanti. Le fauteuil, qui est une adaptation du modèle Optima, peut se transformer en lit horizontal, voire en "mini-suite" garantissant une très grande intimité, une fois la porte d'accès (souple) refermée.

    04 Avril 19 - air-cosmos.com
    Scalian : Copeba entre au capital du groupe succédant à Andera Partners

    Scalian annonce l'arrivée de la société d'investissements Copeba au capital du groupe, succédant à Andera Partners. Toutefois, la société de gestion a réinvesti aux côtés de la holding belge dans le conseil en système numérique et en management de la performance. Son nouveau fonds, Winch Capital 4, a en effet pris une participation minoritaire dans le cadre du LBO secondaire du groupe. Scalian, qui a presque triplé son chiffre d'affaires entre 2015 et 2018 pour le porter à 220 millions d'euros, se donne pour objectif d'atteindre les 500 millions en 2024.

    04 Avril 19 - capitalfinance.lesechos.fr - fusacq.com (26/03)
    Boeing : le 777X prendra son envol d'ici mai prochain à Seattle

    Le premier des six Boeing 777X d'essai prendra son envol d'ici mai, précise l'avionneur. Ce programme est constitué de deux avions, le 777-8 et le 777-9. Il pourra transporter jusqu'à 425 passagers en configuration standard, voire 515 en cabine tout-économie. 34 000 ouvriers se relaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans l'usine d'Everett. Une bonne partie des pièces de l'appareil sont sous-traitées : les portes sont notamment fournies par Latécoère. Proposé pour 360 à 390 millions de dollars (au prix catalogue), le premier exemplaire est destiné à la compagnie Emirates.

    04 Avril 19 - Capital
    Espace

    Espace

    Perspectives spatiales : la France toujours moteur du spatial européen

    200 décideurs économiques et politiques et des dirigeants de groupes industriels ou d'agences spatiales ont participé à la 9ème édition du séminaire annuel "Perspectives Spatiales", organisé à Paris par le cabinet Euroconsult en partenariat avec le GIFAS. Après qu'Eric Trappier, président du GIFAS, ait introduit cette journée, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a renouvelé, lors de son discours d'ouverture, son soutien au programme du lanceur Ariane 6, affirmant que les pouvoirs publics doivent être le premier soutien à l'innovation dans l'industrie. Elle a par ailleurs rappelé sa satisfaction de voir prochainement l'adoption du premier cadre juridique complet du secteur spatial européen qui, dit-elle, "sera à la hauteur des défis à relever". Pour sa part, Jean-Yves Le Gall, président du CNES, a rappelé que le secteur spatial français représentait en 2019 un chiffre d'affaires supérieur à 4,4 milliards d'euros et plus de 14 000 emplois qualifiés, soit plus de la moitié du chiffre d'affaires global européen du secteur et plus d'un tiers des emplois. Par ailleurs, avec une participation de 1,17 milliard d'euros, représentant 28,1% du total, la France reste le premier contributeur de l'ESA. Tout au long de la journée, les participants ont eu l'opportunité d'échanger avec les intervenants de haut niveau sur de multiples sujets.

    04 Avril 19 - air-cosmos.com
    IRT Saint-Exupéry à Toulouse : Geneviève Fioraso désormais aux commandes

    Geneviève Fioraso a succédé à Gilbert Casametta à la tête de l'IRT (Institut de Recherche Technologique) Saint-Exupéry. L'ancienne ministre souhaite rapprocher l'IRT de la recherche publique et explique, dans une interview, qu'il doit y avoir davantage de synergie entre l'industrie et la recherche. Par ailleurs, elle souhaite assurer la pérennisation financière de l'Institut qui pèse désormais 40 millions de chiffre d'affaires et emploie 320 personnes. "Aujourd'hui, nous sommes dans la deuxième étape avec le développement de projets tournés vers l'Europe. Cette phase d'ouverture doit lui permettre de se structurer et de trouver sa place dans l'écosystème auquel je crois beaucoup". Ainsi, la présidente de l'IRT évoque des partenariats avec l'Europe et l'international, dont la signature d'un échange avec le Canada.

    04 Avril 19 - touleco.fr
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    Ryanair a inauguré sa nouvelle base de Marseille et prévoit 150 vols par semaine cet été

    Ryanair a inauguré une nouvelle base sur l'aéroport de Marseille-Provence. Deux Boeing 737-800 y sont basés depuis le 2 avril et un troisième les rejoindra début octobre. La compagnie a d'ores et déjà annoncé l'ouverture de 11 liaisons qui passeront à 40 cet été, représentant alors 150 vols hebdomadaires. La compagnie prévoit d'accueillir quelque 2,4 millions de passagers par an (+26% par rapport à l'été dernier). 60 emplois sont créés. L'investissement total serait proche de 200 millions de dollars.

    04 Avril 19 - air-journal.fr
    Samedi, démarre à Istanbul le plus grand déménagement aéroportuaire de l'histoire

    Le décollage d'un appareil de Turkish Airlines pour Changi (Singapour), samedi 6 avril à 2 heures du matin, sonnera le début du plus grand déménagement de l'histoire aéroportuaire mondiale. Et 12 heures plus tard, le nouvel aéroport d'Istanbul remplacera définitivement le précédent, Istanbul-Atatürk, ouvert en 1953 et saturé depuis plusieurs années. Le nouvel aéroport peut, d'entrée, accueillir 90 millions de passagers et offre, enfin, à Turkish Airlines le hub qu'elle souhaitait pour son développement : la compagnie turque détient le record de pays couverts dans le monde et ses capacités en sièges vont bientôt dépasser celles de Lufthansa, la compagnie ayant d'ores et déjà annoncé que sa flotte aura pratiquement doublé de taille d'ici 6 ans. En 2025, le nouvel aéroport d'Istanbul sera l'un des plus grands du monde avec ses 5 pistes et une capacité globale portée à 120 millions de passagers par an.

    04 Avril 19 - journal-aviation.com
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    Investissement étranger en France : les projets ont encore augmenté de 2% l'an dernier

    L'attractivité de la France en matière d'investissements étrangers ne se dément pas : les décisions d'investissement dans l'Hexagone ont augmenté de 2% l'an dernier pour atteindre leur plus haut niveau depuis 10 ans, à 1 323 décisions. Il était de 1 297 en 2017 et de 962 en 2015. "Ce chiffre est une incitation à poursuivre les réformes, a commenté Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances. Les outils d'attractivité fonctionnent et le succès du sommet "Choose France" en janvier à Versailles est encourageant pour 2019". Si le secteur industriel et les fonctions de production ont moins attiré les investisseurs étrangers avec 320 décisions pour 11 295 emplois, les activités de recherche et d'ingénierie connaissent une progression continue depuis plusieurs années (+9% en moyenne annuelle depuis 2014). Les Etats-Unis demeurent les premiers investisseurs étrangers en France (18% du total), devant l'Allemagne (14%).

    04 Avril 19 - Les Echos - Le Figaro
    Bercy lance une start-up "Signaux faibles" pour prévenir les faillites d'entreprise

    Bercy s'apprête à lancer une start-up qui doit permettre de détecter à temps les sociétés en mauvaise santé grâce à l'intelligence artificielle, l'objectif étant de proposer à celles-ci "les solutions d'accompagnement adaptées à leurs besoins", selon Thomas Courbe, le patron de la Direction générale des entreprises. Cette start-up, dénommée "Signaux faibles", devrait être totalement déployée dans les régions d'ici la fin de l'année. Développée depuis 2016 dans la région Bourgogne-Franche-Comté, la start-up aurait permis de repérer et d'assister une cinquantaine de PME.

    04 Avril 19 - Le Monde - Les Echos
    A la une des médias sociaux

    A la une des médias sociaux

    Grand débat national : la contribution de France Industrie

           

    04 Avril 19 - En savoir plus : cliquez sur l'image