Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 02 juin 2019
  •  

    Industrie

    Industrie

    Salon du Bourget : l'Avion des Métiers accueillera 60 000 visiteurs

    L'Avion des métiers, créé et organisé par le GIFAS, est l'un des évènements du 53ème Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace qui ouvre ses portes le 17 juin prochain. Quelque 60 000 visiteurs sont attendus dans cet espace de 3 000 m2 dédié aux métiers de l'industrie aéronautique et spatiale. Air & Cosmos présente dans son dernier numéro les détails de l'opération qui monte un peu plus en puissance à chaque édition du Salon. 25 entreprises et 45 établissements  de formation et associations exposeront à l'intérieur de l'Avion des métiers. Par ailleurs, des entreprises membres du GIFAS non présentes sur cet espace accueilleront les jeunes et les demandeurs d'emploi sur leur stand commercial, précise le GIFAS. Leurs offres d'emploi seront par ailleurs disponibles sur le site www.aeroemploiformation.com. Lors de cette nouvelle édition de l'Avion des métiers, l'un des objectifs du GIFAS est également d'attirer davantage de public en provenance d'autres régions que l'Ile-de-France. 

    03 Juin 19 - Air & Cosmos
    Latécoère parie sur l'innovation pour doper sa croissance

    A la fin du mois de juin, la société d'investissement Searchlight Capital doit devenir l'actionnaire de référence de Latécoère après avoir racheté 26% du capital détenu par les fonds Apollo, Monarch et CVI Partners. Yannick Assouad, directrice générale, revient, dans une interview, sur la réorganisation menée depuis son arrivée à la tête du groupe fin 2016. Latécoère cherche à doper sa croissance par l'innovation : le groupe a développé des solutions de câblage des réseaux de données de l'avion avec de la fibre optique en lieu et place du cuivre. Il propose aussi le Li-Fi, de l'internet à haut débit par ondes lumineuses, par opposition au Wi-Fi qui fonctionne avec des ondes électromagnétiques. Dans les aérostructures, Latécoère développe, en coopération avec Airbus, un nouveau concept de porte plus légère dédiée à l'A320 et investit dans les thermoplastiques. Enfin, le groupe demeure attentif aux opportunités de croissance : "nous pouvons envisager des acquisitions ciblées qui nous permettent de nous diversifier en termes de clients, explique Yannick Assouad, d'augmenter notre empreinte industrielle aux Etats-Unis ou de compléter nos compétences dans les composites". En Europe, des cibles ont été identifiées, en Espagne et en Belgique.

    03 Juin 19 - Le Figaro
    "Airbus Canada", nouvelle dénomination de la société qui produit l'A220

    La société en commandite Avions C Series adopte officiellement le nom Société en commandite Airbus Canada depuis le 1er juin 2019. Ce nouveau nom reflètera la participation majoritaire d'Airbus dans ce partenariat officialisé le 1er juillet 2018. L'organisation adoptera le logo d'Airbus mais les logos d'Airbus et de Bombardier continueront de figurer côte à côte sur la façade de l'usine d'assemblage  située à Mirabel (Canada). Airbus Canada est chargée du développement et de l'assemblage des avions monocouloirs Airbus A220. La société, majoritairement détenue par Airbus, emploie près de 2 200 personnes. Le site de Mobile, en Alabama, entamera quant à lui la production d'A220 pour le marché américain au troisième trimestre 2019.

    03 Juin 19 - air-journal.fr
    Boeing 737 MAX : IATA appelle les régulateurs à se coordonner

    IATA a appelé hier les organismes de régulation à se coordonner sur les modifications du système de navigation du Boeing 737 MAX. L'association estime en effet que la confiance dans le système de certification est entamée en raison des divergences apparues à la suite des deux récents accidents qu'a connu l'appareil. Certains régulateurs, suivant l'exemple de la Chine, avaient décidé de suspendre les vols. De son côté, l'agence européenne, l'AESA, se réserve le droit de procéder à ses propres estimations. Les Etats-Unis et la FAA avaient, quant à eux, tardé à prendre la décision d'immobiliser l'appareil. Dans une interview donnée à Air & Cosmos, Alexandre de Juniac, directeur général d'IATA, n'évoque pas les difficultés rencontrées par le 737 MAX mais estime avoir constaté que "la confiance du public sur certains aspects de la sécurité aérienne en a pris un coup. Je suis personnellement convaincu à 100% que cette industrie est sûre mais nous avons à travailler pour renforcer la confiance dans le processus de certification".

    03 Juin 19 - Air & Cosmos - Les Echos
    Patrick Ky : la logique de l'AESA est différente de celle de la FAA

    Air & Cosmos revient longuement sur la Revue Technique Commune aux Autorités, consacrée au Boeing 737 MAX, qui s'est tenue le 23 mai 2019 à Fort Worth (Texas) et qui a rassemblé environ 60 représentants de 33 administrations de l'aviation civile de différents pays. Le magazine publie parallèlement la liste complète des 393 appareils en service, compagnie par compagnie. Dans le meilleur des cas, la FAA pourrait donner son feu vert pour une reprise des vols à fin juin prochain. Patrick Ky, directeur exécutif de l'AESA, explique, dans une interview, que la logique de l'agence européenne est différente de celle de la FAA. "A l'AESA, on regarde à la fois les modifications qui ont été faites sur le MCAS en collaboration avec la FAA et Boeing mais on regarde aussi si ces modifications ne créent pas de nouveaux types de pannes possibles. On doit vérifier qu'on ne crée pas d'autres vulnérabilités et donc on regarde plus en détail tous les systèmes associés".

    03 Juin 19 - Air & Cosmos
    Défense

    Défense

    Safran : le drone Patroller entre en service dans l'armée de Terre

    L'armée de Terre française doit recevoir avant la fin de l'année ses 5 premiers drones Patroller, développés par Safran et présentés au Salon du Bourget dans quelques jours. 9 autres devraient être ensuite livrés, au rythme d'un tous les six mois, pour un budget de plus de 300 millions d'euros. A ce jour, les missions de ce drone demeurent limitées au renseignement et à la surveillance. Science et Avenir présente en détail cet aéronef, ses caractéristiques et ses équipements : le Patroller peut voler jusqu'à 200 km/h et dispose d'une autonomie en vol comprise entre 14 et 20 heures. Il peut embarquer 250 kilos de charge utile.

    03 Juin 19 - Science et Avenir
    Florence Parly présente à Singapour la stratégie Indo-Pacifique de la France

    Florence Parly a présenté, samedi, la stratégie Indo-Pacifique de la France à l'occasion du Shangri-La Dialogue qui se tient tous les ans à Singapour. La ministre a rappelé, lors de son intervention, que la liberté de navigation en zone Indo-Pacifique est prioritaire pour la France. "Nous continuerons de naviguer plus de deux fois par an dans la mer de Chine méridionale. Il y aura des objections, il y aura des manoeuvres douteuses en mer. Mais nous ne nous laisserons intimider par aucun fait accompli". Le porte-avions Charles-de-Gaulle faisait au même moment escale à Singapour.

    02 Juin 19 - Journal du Dimanche - Les Echos
    Espace

    Espace

    Arianespace s'organise afin que les premières Ariane 6 soient prêtes dès 2021

    Alors que le conseil de l'ESA a donné son feu vert à l'entrée en production d'un premier lot de 14 Ariane 6  il y a quelques jours, Arianespace s'organise afin que les lanceurs soient prêts dès 2021. Avec ce nouveau lanceur, la société spatiale promet de rester dans la course mondiale et de réduire ses coûts de 40% par rapport à Ariane 5. Elle envisage d'ailleurs d'aller plus loin avec son lanceur de dernière génération, Ariane 6 Evolution. Face à Space X, Arianespace ne manque pas d'arguments. Ainsi le président de Sky Perfect, Eiichi Yonekura, explique préférer de beaucoup la fiabilité "historique" d'Arianespace aux prix cassés de SpaceX.

    02 Juin 19 - Le Journal du Dimanche
    Aviation commerciale

    Aviation commerciale

    IATA : la demande de transport aérien doit encore doubler durant la prochaine décennie

    Lors de l'assemblée générale annuelle d'IATA, Alexandre de Juniac, directeur général, a annoncé la révision à la baisse des prévisions financières : le bénéfice net cumulé des compagnies aériennes devrait être de 28 milliards de dollars en 2019, contre 30 milliards en 2018 et 37,6 milliards en 2017. A l'inverse, le chiffre d'affaires global sera en hausse de 6,5% à 865 milliards de dollars. Selon le dirigeant, "la demande (du transport aérien) devrait encore doubler durant la prochaine décennie (...). Aujourd'hui, les pays émergents génèrent la majorité de la croissance du trafic, l'Inde et la Chine représentant à eux deux 45% des passagers supplémentaires attendus sur les 20 prochaines années". IATA note que le trafic passagers a vu sa croissance ralentir dans certaines régions, dont l'Europe. Parmi les causes mises en avant, les dysfonctionnements du contrôle aérien et les retards aériens dont la durée a atteint 19,1 millions de minutes en 2018, soit "36 ans de retards cumulés", a souligné Alexandre de Juniac. (Lire également par ailleurs l'interview d'Alexandre de Juniac).

    03 Juin 19 - Les Echos - Air & Cosmos - air-journal.fr - journal-aviation.com
    Nomination chez IATA

    Carsten Spohr, CEO du groupe Lufthansa, a été élu président du conseil des gouverneurs d'IATA pour un mandat d'un an à compter de la conclusion du 75ème Congrès annuel de IATA qui s'est déroulé à Séoul. Il succède à Akbar Al Baker, CEO de Qatar Airways.

    03 Juin 19 - air-journal.fr - journal-aviation.com
    Economie - Conjoncture

    Economie - Conjoncture

    Guerre commerciale : les Etats-Unis contre le Mexique et la Chine

    La guerre commerciale s'intensifie entre Pékin et Washington. Jeudi dernier, les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle salve de surtaxes contre le Mexique. Durant le mois de mai, Donald Trump a annoncé plus de 200 milliards de dollars de nouveaux droits de douane frappant en tout près de 900  milliards d'importations chinoises et mexicaines, soit près d'un tiers de tous les biens qui entrent aux Etats-Unis en une année. De plus, les Etats-Unis ont ajouté les sanctions contre Huawei et, samedi, Donald Trump a annoncé mettre fin au régime préférentiel qui permettait à l'Inde d'exporter une partie de ses biens sans droits de douane. Pour sa part, la Chine a annoncé l'ouverture d'une enquête sur FedEx et a dressé une liste d'entreprises "non fiables" dont les noms n'ont pas été précisés. Selon des observateurs, l'énoncé est suffisamment flou pour inquiéter de nombreuses filiales de groupes étrangers présents en Chine. Enfin, le ministre chinois de la Défense, le général Wei Fenghe, a déclaré : "si les Etats-Unis veulent parler, nous allons maintenir la porte ouverte. S'ils veulent l'affrontement, nous sommes prêts".

    03 Juin 19 - Les Echos - Le Figaro - L'Opinion - La Tribune
    Environnement & Développement durable

    Environnement & Développement durable

    IATA : Alexandre de Juniac évoque une croissance neutre en carbone du transport aérien à partir de 2020

    "Nous sommes en mesure d'atteindre l'objectif d'une croissance neutre en carbone à partir de 2020, explique dans une interview Alexandre de Juniac, directeur général d'IATA, mais notre objectif est de diviser par deux les niveaux d'émissions de 2005 d'ici 2050. C'est un but difficile à atteindre quand la demande en transport aérien est partie pour être multipliée par deux sur les vingt prochaines années". Selon lui, le ciel unique européen permettrait une réduction des émissions de CO2 de 10% et il insiste : "il est impératif que l'espace aérien européen soit plus efficace". Revenant sur le programme Corsia, le dirigeant précise que "nous sommes désormais entrés dans la phase de mise en place". A ce sujet, il explique pourquoi ce système de compensation est un système "bien supérieur aux taxes environnementales". Enfin, il précise que des biocarburants sont utilisés tous les jours sur des vols commerciaux : "depuis cette année, plus de 175 000 vols commerciaux les ont utilisés". Mais Alexandre de Juniac constate que "la production de biocarburants n'est pas encore complètement optimisée pour produire en grande quantité".

    03 Juin 19 - Air & Cosmos
    A la une des médias sociaux

    A la une des médias sociaux

    L'industrie leader des exportations françaises

         

    03 Juin 19 -