Vous devez saisir une adresse email avant
de pouvoir modifier la fiche d'un adhérent.

Cette adresse servira lors de vos demande
de publication.

Entrer votre email :

Valider Annuler l'édition


















Enregister Annuler  


Enregister Annuler  

Enregister Annuler  
Editer / Envoyer un fichier



Enregister Annuler
Editer / Envoyer un fichier


px

px

Enregister Annuler
 
  • Synthèse de Presse du 02 juillet 2019
  •  

    Industrie

    Industrie

    Safran : l'investissement "innovation" va passer à 600 millions d'euros par an

    Philippe Petitcolin, directeur général de Safran, revient dans une interview sur les ambitions du secteur aéronautique concernant les émissions et donc sur  les modes de propulsion des aéronefs dans l'avenir. A propos de l'objectif de l'OACI (stabiliser les émissions entre 2020 et 2025, puis les diminuer pour arriver en 2050 à une réduction de moitié par rapport à 2005), il précise : "cet objectif est extrêmement ambitieux. Car, pour réduire les émissions de 50%, alors que le trafic est appelé à doubler tous les 15 ans environ, il faut que la performance énergétique de chaque avion soit améliorée de 90% ! L'amélioration des seuls moteurs ne suffira pas. Il faudra également travailler sur l'architecture des avions, sur les énergies alternatives, comme l'électrique, sur les biocarburants de type hydrogène, méthane, sur les trajectoires des avions avec les descentes en palier par exemple". Concernant la motorisation des futurs court/moyen-courriers, le dirigeant explique : "les technologies progressent tellement vite que les gains ne seront pas les mêmes si ces avions voient le jour vers 2028-2030 ou vers 2035-2037 (...). Chez Safran, nous travaillons sur toutes les technologies pour être en mesure de les amener à un niveau de maturité suffisant afin de pouvoir les proposer aux clients le jour où elles seront prêtes". A ce sujet, il précise que d'ici à 2022, Safran va augmenter ses investissements dans l'innovation à 600 millions d'euros par an contre 400 à 500 millions aujourd'hui. Selon lui, "75% de nos budgets de R&T concernent directement ou indirectement des projets qui réduisent l'impact environnemental de nos avions".

    02 Juillet 19 - La Tribune
    Safran : "Je veux être un motoriste à part entière", explique Philippe Petitcolin dans une interview

    Philippe Petitcolin passe en revue, dans une longue interview, les principaux dossiers moteurs dans lesquels le groupe Safran est impliqué. "Je veux être un motoriste à part entière", explique le dirigeant, qu'il s'agisse de CFMI ou des moteurs qui équiperont le SCAF. A propos du Salon du Bourget, il estime que "ce fut effectivement un très bon salon en termes de prises de commandes (...) c'est supérieur à ce que nous avions prévu avant le salon". La commande d'IndiGo pour équiper 280 avions est selon lui "importante à double titre" : elle représente plus de 600 moteurs à livrer et elle montre à la concurrence les qualités du moteur LEAP. Concernant celui-ci, il estime qu'en dépit du problème rencontré par le 737 MAX, "l'objectif de 1 800 livraisons reste d'actualité", ajoutant : "nous ne devrions pas être très loin de notre objectif, un peu au-dessus ou en dessous".  A ce sujet, il précise que CFMI a atteint le niveau de livraison de 30 moteurs/semaine à Boeing "pendant quelques semaines, ce qui nous a permis de rattraper nos quatre semaines de retard". Aujourd'hui, "nous livrons (à Boeing) 20 à 25 moteurs par semaine en lien avec la baisse de la production du 737 MAX à 42 avions par mois décidée en mai". (Lire également ci-dessous en rubrique Défense).

    02 Juillet 19 - La Tribune
    Dassault Aviation agrandit actuellement trois de ses quatre sites industriels en Nouvelle-Aquitaine

    Dassault Aviation agrandit actuellement trois de ses quatre usines en Nouvelle-Aquitaine : Mérignac, Martinas-sur-Jalle et Biarritz. Eric Trappier, PDG, revient dans une interview sur les raisons de ces investissements. Premier concerné, le site de Mérignac où l'avionneur construit un nouveau bâtiment de 25 800 m2 où sont assemblés les Rafale et les Falcon. "Ce bâtiment tertiaire disposera des dernières technologies numériques et des nouvelles méthodes de travail, avec 24 espaces collaboratifs modulaires et neuf plateaux projets". Et le dirigeant d'ajouter : "Mérignac est plus que jamais notre centre de gravité pour toutes les activités militaires et civiles de maintien en condition opérationnelle". Si le bâtiment dédié à la pyrotechnie de Martinas-sur-Jalle sera livré début 2020, en revanche, "nous allons démarrer un agrandissement et une modernisation de l'usine (de Biarritz)". Au total, Dassault Aviation emploie dans la région 3 000 personnes aujourd'hui et prévoit un millier de recrutements en 2019, "dont 400 en Nouvelle-Aquitaine" (apprentis et CDD compris). A ce sujet, l'avionneur précise que "ces recrutements, qui concernent tous les sites de la société, recherchent des profils du bac professionnel au bac +5 dans tous les domaines de la conception, la production, le support et le numérique".

    02 Juillet 19 - Sud Ouest
    53ème Salon du Bourget : le Paris Air Lab a mis les start-up à l'honneur

    Lors du 53 ème Salon du Bourget qui a fermé ses portes le 23 juin dernier, le Paris Air Lab a mis tout particulièrement de nombreuses start-up à l'honneur, renforçant un peu plus la volonté de mettre en valeur l'innovation. Air&Cosmos revient sur ces petites sociétés présentées à la fois dans le Hall Concorde, réparties selon 6 thématiques, et chez plusieurs exposants. Outre l'innovation, les drones ont été au coeur de l'évènement : drones dédiés aux livraisons, drones à énergie solaire, solutions diverses pour faciliter leurs évolutions etc. Par ailleurs, à l'occasion du Paris Air Lab, neuf entreprises africaines soutenues par l'Airbus BizLab sont venues présenter leurs projets. Là encore, il s'agit d'entreprises surtout impliquées dans le secteur des drones, lequel occupe une place grandissante sur le continent africain.

    02 Juillet 19 - Air&Cosmos
    Saft fête les 70 ans de son site de Bordeaux

    L'usine de Bordeaux de Saft qui emploie 700 salariés vient de fêter son 70ème anniversaire. Cette usine, qui est l'une des plus grosses du fabricant de batteries, produit entre autres 50 batteries par jour pour l'aéronautique. Le site de Bordeaux est également le centre de recherche de référence de l'industriel. Présente sur le site depuis les années 70, la R&D s'est fortement développée ces dernières années au point que 300 des 700 salariés du site y travaillent. "Les batteries se complexifient, nous travaillons donc à la fois sur la mécanique, les algorithmes, l'intelligence artificielle ou encore les matériaux composites", explique Patrick Bernard, directeur de la Recherche. Saft est notamment présent sur toute la gamme Airbus, sur plusieurs programmes de Boeing, chez ATR, Embraer et sur de nombreux programmes d'hélicoptères, d'avions d'affaires et d'avions de combat.

    02 Juillet 19 - journal-aviation.com - La Tribune
    Le groupe Satys prévoit de quasiment doubler son chiffre d'affaires à l'horizon 2025

    Le groupe Satys (Blagnac) prévoit d'enregistrer un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros en 2019, soit une hausse de 28%  par rapport à l'activité 2018. Ses dirigeants estiment qu'il passera à 500 millions à l'horizon 2025. Dans cette perspective, Satys, qui compte un total de 71 sites dans 12 pays, va investir 350 millions d'euros dans les six prochaines années et compte procéder à plusieurs acquisitions. Le groupe qui emploie aujourd'hui 3 100 salariés dont 1 100 en France compte deux activités principales, Satys Services (65% de l'activité) qui regroupe peinture, le traitement de surface et l'étanchéité, et Satys Systems qui réunit la conception et la fabrication d'avions et de trains mais aussi de câbles électriques. Le groupe  présidé par Christophe Cador vise aujourd'hui une diversification de ses activités : Fabien Roualdes, directeur général, note à ce sujet que le ferroviaire représentera cette année quelque 50 millions d'euros de chiffre d'affaires. 

    02 Juillet 19 - Air&Cosmos
    Sabena Technics : contrat de maintenance lourde avec Air Europa pour deux Boeing 787

    Sabena Technics a remporté un contrat de maintenance en base avec la compagnie espagnole Air Europa pour ses deux Boeing 787-8, comprenant des C-Checks "nose to tail" qui seront réalisées dans les installations de Bordeaux de l'industriel. Sabena Technics a obtenu en décembre dernier l'agrément de la DGAC pour la maintenance et les modifications des Boeing 787-8,787-9 et 787-10.

    02 Juillet 19 - jouranl-aviation.com
    Défense

    Défense

    Safran : le SCAF, "un programme important" pour le groupe, estime Philippe Petitcolin

    A propos des avancées récentes du SCAF, Philippe Petitcolin, directeur général de Safran explique dans une interview : "nous sommes très contents qu'il y ait un projet et cette phase de pré-développement et que l'on puisse commencer à travailler sur un premier démonstrateur aux environs de 2026. Nous sommes totalement impliqués dans ce programme. Safran le prend avec le sérieux et l'expertise nécessaire pour en faire un succès". Et le dirigeant d'insister : "ce programme est important pour Safran car ce sont des technologies, des expertises, des matériaux nouveaux". Plus généralement, Philippe Petitcolin revient sur l'approche de Safran en matière de motorisation : "j'ai les hommes et les technologies pour développer des moteurs. Quand je regarde notre feuille de route technologique, j'ai besoin de faire des moteurs de A à Z". Mais, ajoute-t-il, "si Safran n'a pas de démonstrateur à développer, nous ne pouvons travailler que sur du papier (...). Ce qui est clé, c'est d'avoir à l'avenir des démonstrateurs".

    02 Juillet 19 - La Tribune
    Espace

    Espace

    Thales Alenia Space : l'Indonésie commande le satellite Satria, livrable fin 2022

    Le consortium indonésien PSN a retenu Thales Alenia Space pour lui fournir le satellite Satria. Il s'agit d'un satellite de télécommunications géostationnaire basé sur la plateforme tout-électrique Spacebus Neo. Il contribuera au développement des infrastructures numériques en Indonésie. Il a pour ambition de connecter environ 145 000 zones, dont 90 000 écoles, 40 000 hopitaux et bâtiments publics ainsi que des sites gouvernementaux régionaux. Il devrait être lancé au quatrième trimestre 2022 et sera exploité durant 15 ans par l'opérateur de satellite pour le compte de Kominfo, le Ministère indonésien de la Communication et de la technologie de l'information.Thales Alenia Space sera également chargée de fournir deux centres de contrôle par satellite, les stations de télécommande et de télémesure et le segment sol de mission associé à la charge utile entièrement numérique.

    02 Juillet 19 - air-cosmos.com - cerclefinance.com
    Union Européenne : l'action de la Commissaire Elzbieta Bienkowska plébiscitée

    La Tribune dresse un portrait élogieux de la Commissaire européenne Elzbieta Bienkowska, et de son action dans les secteurs de la Défense et de l'Espace. Arrivée en novembre 2014 à Bruxelles, elle a fait en sorte que la filière spatiale dispose de 16 milliards d'euros sur la période 2021-2027 et que le secteur de la Défense dispose de 13 milliards. "Cela montre l'engagement de la Commission européenne à faire de l'espace la priorité absolue", explique-t-elle. Responsable politique polonaise, c'est "un peu par hasard", selon La Tribune, que le domaine spatial lui est confié, alors que son portefeuille recouvre le Marché intérieur, l'industrie, entrepreneuriat et PME. Selon le média, c'est au Salon du Bourget 2017 que la Commissaire européenne se convainct d'obtenir de la Commission le plus gros budget possible pour le secteur de la défense.

    02 Juillet 19 - La Tribune
    Sécurité

    Sécurité

    L'Anssi estime que le risque d'un"cyber Pearl Harbor" est bien réel

    Guillaume Poupard, le directeur de l'Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) estime que le risque d'un "cyber Pearl Harbor" est bien réel, avec les conséquences économiques et sociétales qui s'ensuivraient. "Notre priorité à l'Anssi c'est de faire face à des actes qui vont toucher nos secteurs les plus critiques dans le cadre de conflits entre Etats ou bien avec des groupes terroristes. Les pires scénarios sont possibles". Ainsi, en 2010, l'Iran a été ciblé par le virus informatique Stuxnet : ce logiciel malveillant avait infecté les systèmes de deux centrales nucléaires du pays. En 2013, une attaque vise le New York Times et, en 2016, l'élection présidentielle américaine est piratée par des hackers. Le quotidien revient longuement sur cette cyberguerre et sur les moyens d'y faire face.

    02 Juillet 19 - La Dépêche du Midi
    A la une des médias sociaux

    A la une des médias sociaux

    Thales fait son retour dans le CAC 40

         

    02 Juillet 19 - Pour lire l'article, cliquez sur l'image